Guinée-Bissau / Gambie

Les Bissau-Guinéens inquiets pour leur compatriote condamné à mort en Gambie

Gambie
Gambie RFI/Archimède
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Organisation de la société civile (OSC) qui regroupe une quarantaine d'associations, et plusieurs autres mouvements pour la défense des droits de l'homme se sont rassemblés samedi 1er septembre devant l'ambassade de Gambie à Bissau, pour exprimer leur indignation après les exécutions de neuf condamnés à mort en Gambie. Un Bissau-Guinéen se trouve dans les couloirs de la mort à Banjul.

Publicité

La marche qui prévoyait de rassembler des milliers de militants n'a finalement réuni qu'une centaine de personnes en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur la capitale bissau-guinéenne. Vêtus de tee-shirt blanc sur lesquels on pouvait lire « Non à la peine de mort », les manifestants ont déposé à la réception de la chancellerie gambienne une lettre de protestation destinée au président gambien Yahya Jammeh.

Deux ressortissants bissau-guinéens sont toujours détenus en Gambie. L'un d'entre eux attend son exécution dans le couloir de la mort. A ce propos, les activistes demandent au gouvernement de Bissau de tout mettre en oeuvre pour donner des informations sur les conditions et les motifs d'incarcération de leurs deux compatriotes.

« Nous avons remis à l’ambassade de Gambie une lettre de protestation dans laquelle nous avons condamné fermement le triste acte d’exécution, indique Jorge Gomes, président de l'Organisation de la société civile bissau-guinéenne. Nous voulons que les autorités bissau-guinéennes fassent tout le nécessaire pour avoir des informations à propos de notre compatriote. »

Depuis l'annonce des exécutions des neufs prisonniers, la Gambie a été vivement critiquée. Le Sénégal a condamné la mise à mort de deux de ses ressortissants et a annoncé qu'il allait saisir les institutions africaines et internationales pour exiger des sanctions contre Banjul.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail