Etats-Unis / Afghanistan

Les Etats-Unis classent le réseau Haqqani parmi les organisations terroristes

Jalaluddin Haqqani, fondateur du réseau, à Islamabad le 19 octobre 2001.
Jalaluddin Haqqani, fondateur du réseau, à Islamabad le 19 octobre 2001. AFP PHOTO/str

Washington a décidé d'inscrire Haqqani sur sa fameuse liste noire. Dans un rapport commandé par le Congrès américain, Hillary Clinton affirme en effet que ce réseau basé au Pakistan (et très actif en Afghanistan), est un groupe terroriste. Tous les avoirs éventuels du groupe aux Etats-Unis devraient être gelés. Interdiction pour les citoyens américains d'aider le réseau.

Publicité

Le débat aura duré deux ans au sein de l'administration Obama : les partisans du compromis ne voulaient pas aggraver les tensions avec le Pakistan, dont les services secrets sont accusés de soutenir Haqqani.

Et puis, au moment où l'Isaf (force de l'Otan en Afghanistan) prépare son départ du sol afghan, pointer du doigt ces alliés des talibans pourrait compliquer d'éventuelles tentatives de négociations.

Finalement, les partisans de la ligne dure l'ont emporté : de fait, depuis des années, les Américains demandent sans succès aux Pakistanais de mener des opérations dans l'ouest de leur pays, la région tribale du Nord-Waziristan où s'est replié ce réseau depuis la chute des talibans en 2001.

Haqqani est accusé d'être responsable des attentats les plus sanglants commis sur le sol afghan : dix-huit morts dans l'attaque d'un hôtel près de Kaboul il y a trois mois par exemple, ou encore les attentats contre le QG de l'Otan et les ambassades américaine et indienne dans la capitale afghane.

Washington accuse Islamabad de soutenir Haqqani pour faire pièce à l'influence de son frère ennemi indien en Afghanistan. Mais dans les années 1980, les Etats-Unis ont eux-mêmes soutenu le fondateur du réseau, le commandant afghan  Haqqani, alors en lutte contre l'envahisseur soviétique. Mais après la prise du pouvoir par les talibans en 1996, Jalaluddin Haqqani s'est allié avec eux, devenant même ministre.

Actuellement, c'est Sirajuddin, l'un de ses fils, qui dirige le réseau. Un autre de ses fils, Badruddin, responsable présumé des attaques sur Kaboul, aurait été tué il y a deux semaines par un tir de drones américain au Pakistan.

Ca va pousser le Pakistan à mener une opération militaire au Nord-Waziristan. Si tant est que le Pakistan reste officiellement allié aux Etats-Unis dans la lutte antiterroriste, le Pakistan se doit de faire la guerre à Haqqani. Et l'armée a extrêmement peur de ça

Georges Lefeuvre

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail