Burundi

Burundi : tollé au Parlement à l'annonce par le pouvoir des membres de la nouvelle Céni

Pierre Nkurunziza, le président burundais.
Pierre Nkurunziza, le président burundais. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le mandat de la Céni, Commission électorale nationale indépendante, qui a organisé les élections très contestée de 2010, prend fin officiellement le 11 septembre. Le pouvoir burundais avait donc engagé des consultations secrètes avec les principales forces politiques du pays pour tenter de trouver un consensus en vue d’organiser des élections cette fois apaisées. Lundi, il avait convoqué une session spéciale du Parlement pour qu’il approuve une liste de membres de cette commission, provoquant un tollé général.

Publicité

Le président de l’ADC, la grande coalition de l’opposition burundaise a vu rouge dès qu’il a appris que le Parlement allait approuver une Céni fort éloignée de ce qui avait été convenu.

Léonce Ngendakumana a donc organisé une conférence de presse impromptue le 10 septembre, afin de dénoncer « l’escroquerie politique orchestrée par le pouvoir Cndd-FDD ». « Si le Parlement s’engage sur cette voie non concertée, il sera responsable des conséquences fâcheuses, qui découleront de ce coup de force parce qu’ils auront condamné le peuple burundais à rester éternellement dans des conflits cycliques ».

Mais députés et sénateurs ont attendu pendant des heures une plénière qui n’a finalement pas eu lieu. L’Uprona, principal parti issu de la minorité tutsie, a rejeté une liste qui comprenait des noms de personnalités très contestées, notamment le président de l’actuelle Céni, Pierre-Claver Ndayicariye, accusé par l’opposition d’être à l’origine du fiasco électoral de 2010.

L’Uprona a donc demandé de nouvelles consultations avant de passer au vote, ce qu’il a obtenu du Cndd-FDD, le parti au pouvoir au Burundi, qui ne pouvait pas se permettre de passer en force même s’il est ultra-majoritaire au Parlement.

Le président de l’Uprona, Bonaventure Niyoyankana a déclaré : « Les consultations continuent pour que les noms qui figurent sur cette liste soient en fait des noms qui peuvent encourager tous les acteurs politiques à participer aux élections de 2015 ».

La réponse est très attendue car la nouvelle Céni doit être mise en place ce mardi 11 septembre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail