Accéder au contenu principal
Libye / Niger

Le temps ne joue pas en faveur de Saadi Kadhafi

Saadi Kadhafi posant devant le portrait de son père
Saadi Kadhafi posant devant le portrait de son père DR
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Saadi Kadhafi, le troisième fils de Mouammar Kadhafi, aimerait bien quitter le Niger où il est réfugié et le fait savoir. Son avocat israélien Nick Kaufman a confié vendredi 7 septembre à la chaîne France 24 qu'il avait déposé au mois de juillet une demande de dérogation aux Nations unies pour que Saadi Kadhafi puisse voyager. Selon plusieurs sources, des tractations étaient en cours avec Pretoria, ce que dément le gouvernement sud-africain.

Publicité

Saadi Kadhafi, footballeur raté, accusé d'avoir poussé ses gardes du corps à tirer sur des supporters de football, a du souci à se faire. Tripoli a déjà obtenu de la Tunisie qu'elle livre l'ancien Premier ministre de Kadhafi Baghdadi al-Mahmoudi en juin. La semaine dernière c'est la Mauritanie qui a cédé aux demandes pressantes des nouvelles autorités libyennes, qui ne souhaitent manifestement pas s'arrêter là.

« Le dossier de Saadi Kadhafi à Niamey est très important à nos yeux », indique un diplomate libyen. C’est pourquoi le président du Congrès national libyen, Mohamed al-Megaryef, a convoqué dans son bureau l’ambassadeur sud-africain dimanche matin quand il a eu vent d’informations donnant Saadi Kadhafi en partance pour l’Afrique du Sud.

Joint par RFI, l’ambassadeur Mohammed Dangor a réfuté ces informations, ajoutant même que Pretoria avait obtenu du comité des sanctions de l’ONU qu’il n’examine pas la demande de dérogation de Saadi Kadhafi. « S’il est autorisé à quitter le Niger, il se peut qu’il demande l’asile chez nous et nous ne voulons pas être confrontés à cette situation », a expliqué le diplomate sud-africain.

Si Pretoria dit non, Saadi Kadhafi a de bonnes raisons de s’inquiéter. La famille Kadhafi demeure populaire au Niger mais l’aide budgétaire libyenne est gelée et elle porte sur un montant de 15 millions d’euros. Le projet d’autoroute transsaharienne de Sebaa à Agadez est également en suspens, tout comme les investissements libyens dans la téléphonie au Niger. Un accord prévoyait un droit d’entrée de 50 millions d’euros et 100 millions d’euros d’investissements sur cinq ans.

Il fait nul doute que la livraison de Saadi Kadhafi par Niamey pourrait accélérer la reprise de la coopération entre le Niger et la Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.