Madagascar

Madagascar déploie les forces spéciales contre les vols de zébus

Le président de la transition malgache, Andry Rajoelina, vient installer de nouveaux renforts dans le sud du pays, victime d'attaques meurtières liées aux vols de zébus.
Le président de la transition malgache, Andry Rajoelina, vient installer de nouveaux renforts dans le sud du pays, victime d'attaques meurtières liées aux vols de zébus. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Andry Rajoelina est ce mardi dans le sud du pays, 10 jours après le début des affrontements meurtriers dans ces zones d’insécurité. Le président de transition vient installer une deuxième vague de renforts. Une centaine d’éléments qui ont pour mission de mettre fin aux attaques meurtrières liées aux vols de zébus. Les accrochages ont fait plus de 110 morts en une semaine. La semaine dernière, des éléments avaient déjà été dépêchés sur place en renforts mais ont été battus en retraite dans certaines localités. Une nouvelle stratégie sera mise en place, selon les autorités.

Publicité

Ce sont environ 150 éléments qui sont envoyés en renforts cette semaine, quatre unités de gendarmerie et de l’armée. Une unité de forces spéciales est conduite par le colonel Lylison, une des figures du régime. Il est le patron de la FIS, Forces d’intervention spéciales, un organe rattaché à la présidence.

Andry Rajoelina envoie celui qui l’a déjà tiré d’affaire par le passé en matant plusieurs mutineries. Le président de transition lancera l’opération à Betroka, localité du Sud actuellement « dans l’insécurité totale », selon les termes d’un responsable local, menacé personnellement par les bandits.

Pendant ce temps-là dans la capitale, le Parlement commence à s’agiter. Des membres de la Chambre haute ont rencontré lundi le Premier ministre pour lui demander la tenue d’une session extraordinaire sur le sujet. Les parlementaires voudraient eux aussi mener leurs enquêtes sur ces violences. Et répondre aux nombreuses questions notamment, d’où viennent ces kalachnikovs neuves utilisées par les bandits ? Où et par qui sont écoulés les bœufs ? « Il n’y a que des hypothèses pour l’instant », affirme-t-on au ministère des Forces armées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail