Accéder au contenu principal
Lybie / Etats-Unis

Libye: un groupe jihadiste local pourrait avoir préparé l'attaque contre l'ambassade américaine

Le consulat américain à Benghazi a été attaqué le 11 septembre 2012.
Le consulat américain à Benghazi a été attaqué le 11 septembre 2012.
Texte par : Ursula Soares
7 mn

Des responsables libyens ont annoncé, ce jeudi 13 septembre, l’arrestation de suspects dans le cadre de l’enquête sur l’attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi. Le Premier ministre libyen, Moustapha Abou Chagour, a annoncé « une importante avancée » dans l’enquête. L’attaque, survenue le 11 septembre, au soir, a coûté la vie à quatre Américains dont l’ambassadeur Chris Stevens. Certains spécialistes avancent la thèse d’une opération menée par un groupe jihadiste local en lien avec al-Qaïda.

Publicité

Selon les spécialistes, c’est un groupe jihadiste local qui a mené et préparé cette attaque coïncidant avec le onzième anniversaire des attentats contre le World Trade Center de New York.

Un groupe radical qui aurait donc profité de la manifestation devant l’ambassade – des manifestants qui protestaient contre un film jugé insultant pour l’islam - pour lancer son action. La thèse de la manifestation qui a dégénéré est ainsi rejetée.

Pour certains analystes, l’opération pourrait avoir été organisée pour venger la mort du numéro deux d’al-Qaïda, Abou Yahya al-Libi, tué, le 4 juin 2012, au Pakistan. C’est seulement le 10 septembre dernier, veille de l’anniversaire des attentas du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, que le chef d’al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, avait confirmé la mort de son bras droit. Abou Yahya al-Libi avait été tué dans un bombardement de drone américain dans la région pakistanaise du Waziristan du Nord, près de la frontière afghane.

Lundi 10 septembre, c'est le numéro deux d'Al-Qaida au Yémen, le Saoudien Saïd Ali Al-Chehri, qui a été tué dans une opération de l’armée dans l'est du pays, selon le ministère de la Défense yéménite.

Pour Noman Benotman qui dirige la Fondation Quilliam – un cercle de réflexion londonien – l’attaque du consulat américain à Benghazi était « bien planifiée » et pourrait avoir été organisée pour venger Abou Yahya al-Libi.

Joint par RFI, il évoque l’existence de groupes djihadistes locaux – nouveaux en Libye – qui seraient en lien avec d’autres groupes extrémistes à l’extérieur du pays.

Cela montre que c’est le travail de combattants bien entraînés.

Noman Benotman

Le Premier ministre libyen, Moustapha Abou Chagour, a annoncé, ce jeudi 13 septembre, dans une interview à l’AFP, « une importante avancée » dans l’enquête. « Nous avons des noms et des photos. Des arrestations ont eu lieu et d’autres sont menées au moment où je vous parle », a-t-il déclaré sans toutefois donner de détails sur le nombre ou l’éventuelle appartenance des personnes arrêtées.

Des responsables libyens et américains ont commencé à reconstituer le film des événements de ce mardi tragique.

A 22 heures, heure locale, un groupe armé, présenté comme un groupe d’extrémistes non identifiés, a commencé à tirer sur les locaux de la représentation diplomatique américaine. Un quart d’heure plus tard, les assaillants réussissent à pénétrer dans le complexe et ouvrent le feu sur le bâtiment principal, déclenchant un incendie. L'ambassadeur et deux de ses collaborateurs sont alors dans le bâtiment en feu et la fumée qui se dégage les contraint à se séparer.

Les officiers de sécurité sont, quant à eux, empêchés, par les tirs qui viennent du dehors, de se rendre dans le bâtiment principal pour porter secours aux diplomates. Ils ne pourront y accéder que vers 23h30.

C’est alors que l’annexe du bâtiment où sont réfugiés les personnels de l’ambassade est à son tour prise pour cible. Deux agents américains sont alors tués.

Il faudra attendre 2 heures du matin pour que les forces libyennes et américaines reprennent le contrôle de la situation. Au total, quatre Américains dont l’ambassadeur sont tués.

Pendant que l'ambassade était attaquée, les Américains ont dépêché une unité de huit hommes, en urgence, à Benghazi. A peine arrivés à l’aéroport, les hommes partent en convoi avec des soldats libyens vers l'ambassade. Mais le convoi tombe dans une embuscade et essuie des tirs de mortiers. Au moins un soldat américain est tué. Cette deuxième attaque confirme, selon les autorités libyennes, que c'est bien une opération planifiée et professionnelle qui s'est déroulée.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.