Rwanda/RDC/ONU

RDC : l'opposition dénonce «la faiblesse» de Kabila face à Kagame

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon joint les mains des présidents rwandais Paul Kagame et congolais Joseph Kabila, lors d'une réunion à huis-clos au siège de l'ONU le 27 septembre.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon joint les mains des présidents rwandais Paul Kagame et congolais Joseph Kabila, lors d'une réunion à huis-clos au siège de l'ONU le 27 septembre. REUTERS / Keith Bedford
Texte par : RFI Suivre
4 mn

A Kinshasa, l’opposition tire à boulets rouges sur le président Joseph Kabila au lendemain du mini-sommet sur la crise dans l'est de la RDC. Sommet à New York aux Nations unies, qui a mis face-à-face le président congolais et son homologue rwandais Paul Kagame. Le sommet a en quelque sorte avorté, le président Kagame ayant quitté la salle sans vouloir signer une déclaration commune. Le débat bat son plein dans la capitale congolaise.

Publicité

« Les Congolais apparaissent comme des faibles, on a d’un côté le maître, Kagame, et son élève, Kabila, qui n’ose rien lui dire » , affirme Serge Mayamba, élu du groupe UDPS. Selon lui, « il n’y a pas de leadership dans ce pays, pas d’autorité, pas de volonté d’imposer le point de vue des Congolais ».

Les Forces acquises au changement, ont déclaré le 28 septembre dans une conférence de presse que « Kabila s’est retrouvé en mission de service aux Nations unies pour blanchir et dédouaner le Rwanda ». L’opposition veut toujours une procédure pour mettre en accusation le président Kabila pour haute trahison.

Face à ces accusations, le député de la majorité Christophe Lutundula tire la sonnette d’alarme : « Evitons de tomber dans le piège malien, dit-il. Il y a danger, la nation doit faire face au lieu de désarticuler les institutions ». Pour lui, le résultat de New York n’est pas si négatif ; en refusant de signer Kagame a avoué, dit l’élu pro-Kabila. Il reconnaît cependant que rien de concret n’a été décidé. Il en appelle à une force d’imposition de la paix.

Allant dans le même sens, Hervé Ladsous, chef du département des opérations de maintien de la paix de l'ONU, pense que cette rencontre n'a pas été pour autant inutile.

La réunion a permis l'expression d'un sentiment très fort au sein de la communauté internationale : le refus de la poursuite des violences , et une forte volonté de voir cesser les ingérences dans les affaires intérieures du Congo.

Hervé Ladsous

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail