BURKINA-FASO/ NIGER

Frontière entre le Burkina-Faso et le Niger: la Cour internationale de justice étudie le tracé définitif

Niamey et Ouagadougou sont en désaccord sur la partie centrale de leur frontière.
Niamey et Ouagadougou sont en désaccord sur la partie centrale de leur frontière. RFI

La Cour internationale de justice examine depuis lundi 8 octobre un vieux litige frontalier entre le Burkina-Faso et le Niger. Les deux pays sont en désaccord sur le tracé de leur frontière. Le problème a déjà donné lieu à de nombreuses négociations. Face à la persistance des divergences, Niger et Burkina ont convenu de laisser la cour internationale de La Haye de trancher le débat. Six journées d’audience sont prévues jusqu’au 17 octobre.

Publicité

Quel tracé la frontière entre le Niger et le Burkina-Faso suit-elle précisément ? En dépit des mécanismes successifs mis en place depuis les indépendances, les deux pays n’ont pas réussi à trancher complètement la question.

Niamey et Ouagadougou sont en fait en désaccord sur la partie centrale de leur frontière, une zone de quelque 375 kilomètres située entre la borne de Tong-Tong et la boucle de Botou.

Pourtant des textes existent comme deux actes datant de 1927, une carte de 1960 ou encore un protocole d’accord de 1987. Mais, les deux parties s’opposent depuis des années sur leur interprétation.

Ne parvenant pas à s’accorder, le Burkina-Faso et le Niger ont convenu en février 2009 de s’en remettre à la Cour internationale de justice pour qu’elle détermine le tracé de la frontière. Les deux pays se sont d’ores et déjà engagés à accepter le futur arrêt de la cour comme « définitif » et « obligatoire ». Ils ont également demandé à la CIJ de désigner trois experts qui les assisteront dans la procédure concrète de démarcation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail