France / Mauritanie

France: le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz admis à l’hôpital Percy

Mohamed Ould Abdel Aziz le président de la Mauritanie à Tunis, le 14 janvier 2012.
Mohamed Ould Abdel Aziz le président de la Mauritanie à Tunis, le 14 janvier 2012. AFP/ FETHI BELAID

Le président mauritanien est depuis dimanche soir à l'hôpital militaire de Percy Clamart, en banlieue parisienne. Blessé par balle samedi soir par un tir sur son cortège que les autorités mauritaniennes attribuent à une erreur de l'armée, Mohamed Ould Abdel Aziz a été évacué vers la France après avoir été soigné en urgence à l'hôpital militaire de Nouakchott.

Publicité

L'avion qui transportait Mohamed Ould Abdelaziz s'est posé en toute discrétion en fin d'après-midi à Orly, où un véhicule de pompiers attendait le président mauritanien. Cap sur l'hôpital de Percy à Clamart.

Avant de quitter son pays, Mohamed Ould Abdel Aziz a lui même expliqué qu'il devait se rendre à Paris pour des soins complémentaires, après avoir été opéré avec succès à l'hôpital militaire de Nouakchott. Il l'a dit dans une courte déclaration à la télévision nationale.

Le président mauritanien y est apparu couché sur le dos, le corps recouvert d'un drap jusqu'au cou, mais il s'est voulu rassurant, s'exprimant d'une voix normale, après ce tir par balle qui l'a atteint samedi soir. « Cet incident a été commis par erreur par une unité de l'armée sur une piste non goudronnée dans les environs de la localité de Tweila. Maintenant, et grâce à Dieu tout va bien ».

Comme le pays a connu de nombreux coups d'Etat militaires, et comme le président a par ailleurs reçu des menaces de mort d'Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique), évidemment, l'incident soulève des questions. Mais les autorités mauritaniennes l'assurent : d'après elles, ce sont des éléments des forces de sécurité qui ont effectué un tir de sommation sur le véhicule du président qu'ils n'auraient pas reconnu à 40 km au nord de Nouakchott.

Le calme régnait en tous cas dimanche dans la capitale, où la sécurité n'a pas été renforcée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail