Ghana

Ghana : première victoire pour l’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo, libéré sous caution

Justin Koné Katinan en 2010 à Abidjan.
Justin Koné Katinan en 2010 à Abidjan. AFP PHOTO / STR

Un tribunal ghanéen a libéré sous caution, ce mercredi 24 octobre, le porte-parole de l'ancien président Laurent Gbagbo. Koné Katinan, qui fait l'objet d'une demande d'extradition du gouvernement ivoirien, est accusé de crimes de sang et de crimes économiques. L'ancien ministre du Budget du régime Gbagbo est ce soir libre, mais il devra attendre que la justice ghanéenne se prononce sur la demande d'extradition.

Publicité

Justin Koné Katinan a remporté la première manche et obtenu un sésame du juge ghanéen Ali Baba Baturé. Le magistrat a visiblement estimé ne pas disposer d'éléments suffisants pour livrer le porte-parole de Laurent Gbagbo aux autorités d'Abidjan, qui affirment que Justin Koné Katinan a tué deux personnes en Côte d'Ivoire.

La décision du tribunal d'Accra n’est pas une décision sur le fond, c'est-à-dire concernant les accusations de crimes de sang, puisque, comme l'a déclaré le juge Ali Baba, la loi de la République du Ghana ne permet pas d'engager une action contre quelqu’un qui a commis un crime en dehors du Ghana. Au mieux, la justice ghanéenne peut satisfaire une demande d'extradition.

C’est d'ailleurs ce qu'elle devra faire pour, cette fois, l'accusation de crimes économiques proféré par Abidjan. Koné Katinan est soupçonné d'avoir détourné 300 milliards de francs CFA lorsqu'il était ministre du Budget de Laurent Gbagbo. L'audience sur cette demande d'extradition se tiendra le 7 novembre prochain à Accra.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail