Accéder au contenu principal
Sénégal

Sénégal : un célèbre promoteur de lutte écroué dans une affaire de détention de drogue

Luc Nicolaï, a été écroué dans le cadre de l’affaire de détention de cocaïne impliquant le patron français de l’hôtel Lamantin Beach dans la station balnéaire de Saly.
Luc Nicolaï, a été écroué dans le cadre de l’affaire de détention de cocaïne impliquant le patron français de l’hôtel Lamantin Beach dans la station balnéaire de Saly. © Getty images
2 mn

Le célèbre promoteur de lutte sénégalaise, Luc Nicolaï, a été écroué mardi 23 octobre dans le cadre de l’affaire de détention de cocaïne impliquant le patron de l’hôtel 5 étoiles Lamantin Beach. L’organisateur de combats de lutte sera jugé par le tribunal des fragrants délits de Thiès, à 70 km de Dakar, lundi prochain. Deux employés de l’hôtel et deux douaniers, également écroués dans cette affaire qui défraie la chronique, seront jugés en même temps.

Publicité

C’est l’histoire d’un milliardaire, d’une célébrité et de deux agents des douanes. Le premier, un Français Bertrand Toudy, patron d’un hôtel de luxe, est actuellement derrière les barreaux. Les douaniers de M’Bourg ont découvert dans son bureau 50 g de cocaïne. Il se dit victime d’un complot et contre-attaque.

Le second, Luc Nicolaï est l’un des deux plus grand promoteur de lutte professionnelle, sport le plus populaire au Sénégal. Il peut investir pour un seul combat, plus de 600 millions de francs CFA (900 000 euros). Ce dernier est soupçonné d’avoir voulu piéger Bertrand Toudy. L’un des employés de l’hôtel aurait avoué avoir touché de l’argent pour déposer de la drogue dans le bureau du Français. Les deux hommes sont en relation d’affaires, mais l’avocat de Nicolaï, Me Boubacar Cissé remet en cause la validité de ce témoignage.

Quand aux deux douaniers, le chef de la brigade de M’Bourg et son adjoint, c’est Bertrand Toudy qui les accuse d’avoir voulu lui extorquer 100 millions de francs CFA (150 000 euros) lors de son audition. Ils ont été écroués mardi dernier ce qui est, selon la direction générale des douanes, « extrêmement rare dans le cadre d’une affaire de drogue ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.