Etats-Unis / Présidentielle 2012

Des Africains aux Etats-Unis : à Atlanta, un plébiscite pour Obama

Barack Obama en 2009 au Ghana, l'une de ses rares visites en Afrique.
Barack Obama en 2009 au Ghana, l'une de ses rares visites en Afrique. AFP/Jim WATSON
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Ils suivent la dernière ligne droite de la campagne avec passion. Ceux qui ont acquis la nationalité américaine prennent part au vote, et tout indique qu’ils voteront Barack Obama mardi 6 novembre. Les autres se tiennent aussi biens informés des chances d’Obama de l’emporter. Parce que le père du président sortant vient du Kenya, mais pour bien d’autres raisons aussi.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Atlanta, Nicolas Champeaux

Il n’est pas acquis que les Noirs américains se déplacent en masse pour réélire Barack Obama mardi et cela met en colère Gabriel, un chauffeur de poids lourd originaire du Togo. « Ça me rend dingue, tu les encourages à aller voter, et ils te disent que cette élection ne les regarde pas, moi ça me rend fou ! », s’exclame-t-il.

Gabriel, s’il avait le droit de vote, aurait donné sa voix à Obama, surtout pour son programme de couverture maladie. « Sans ce programme, les gens meurent car, explique-t-il, il y a beaucoup de gens aux Etats-Unis qui ne peuvent pas se payer l’hôpital. Et Mitt Romney, il veut annuler ça ! Pourtant il avait intégré ce programme quand il était gouverneur, je ne comprends pas... »

Pas d'hésitation

L’éthiopienne Tamara Telahun a voté par anticipation vendredi. En 2008, elle avait trop attendu avant d’accomplir les démarches pour obtenir la nationalité américaine. « Je n’étais pas fière de moi, reconnaît-elle. Cette élection pourtant me parlait directement. L’Histoire était en train de se faire, et j’aurais aimé participer à cette Histoire. Et pouvoir dire à mes enfants et à mes petits-enfants que j’avais contribué à faire élire le premier président noir du pays. Comment est-ce que je vais leur dire, leur expliquer, que j’étais resté à l’écart ? C’était un moment historique qui peut-être ne se répètera jamais ! »

Jean Pierre, un manutentionnaire gabonais installé depuis dix ans aux Etats-Unis votera lui aussi Obama, sans hésitation. « Obama mérite ma voix. Le candidat républicain, il n’est pas pour les basses classes, c’est le candidat des riches », affirme-t-il. « Je ne vois pas pourquoi je devrais donner ma voix à quelqu’un qui ne me soutient pas. Et en plus, il s’attaque aussi aux retraités, donc Romney ne mérite pas ma voix », conclut-il.

Le président George W. Bush avait beaucoup œuvré pour venir en aide au continent africain, par le biais des programmes Agoa et Pepfar. Les Africains attendaient plus d’Obama mais Jean-Pierre ne lui en veut pas. « On attendait peut-être beaucoup de lui parce qu’il est noir. Mais c’est irréaliste de penser qu’il allait venir changer l’Afrique, modère-t-il. Ce n’est pas possible ! Il avait bien d’autres défis à relever chez lui durant son premier mandat, il fallait qu’il soit à la hauteur pour être réélu. Ce sont les Américains qui doivent le réélire, pas les Africains ! »

Obama ne s’est rendu qu’à deux reprises en Afrique au cours de son mandat, en Egypte et au Ghana.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail