Zimbabwe

Zimbabwe : fin de la surveillance internationale de la production de diamants

Les pierres extraites des très riches gisements de Marange sont  réadmises depuis un an dans le marché officiel.
Les pierres extraites des très riches gisements de Marange sont réadmises depuis un an dans le marché officiel. Wikimedia Commons

La production de diamants du Zimbabwe ne sera plus contrôlée, comme elle l'était, par une organisation internationale. Une organisation qui était composée de 80 pays et mandatée par les Nations unies. Selon la présidente de ce groupe, le pays a « respecté ce qu'on attendait de lui ». 

Publicité

Depuis novembre 2011, les diamants du Zimbabwe peuvent à nouveau être vendus sur le marché international après avoir reçu le feu vert du processus de Kimberley. Cette organisation mandatée par les Nations unies pour lutter contre ce que l'on appelle les « diamants du sang », vient de franchir une nouvelle étape. Elle annonce qu'elle arrête la surveillance qu'elle exerçait sur la production de diamants extraits du très riche gisement de Marange, dans l'est du pays.

L'organisation, pour expliquer sa décision, souligne que le Zimbabwe a fait des efforts significatifs et manifesté sa bonne volonté. Le gouvernement vient d'organiser une conférence internationale pour réhabiliter l'image du diamant du Zimbabwe.

En effet, le processus de Kimberley avait pris des sanctions contre Harare après les violences de l'armée en 2008 qui avaient fait près de 200 morts parmi les prospecteurs privés, selon les défenseurs des droits de l'homme.

Toutefois, une ONG canadienne continue de dénoncer le détournement de fonds issus de l'exploitation du diamant par des proches du président Robert Mugabe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail