Afrique du Sud

Afrique du Sud: le train de vie de Jacob Zuma financé par de généreux bienfaiteurs

Le président sud-africain Jacob Zuma.
Le président sud-africain Jacob Zuma. Reuters / Mackson Wasamunu

Cela tombe mal pour Jacob Zuma à dix jours du Congrès de l'ANC pour la tête du parti au pouvoir. Le journal Mail & Guardian vient de publier un rapport embarrassant pour le président sud-africain. Rédigé par le très sérieux cabinet d'audit KPMG, il révèle comment de généreux bienfaiteurs ont permis à Jacob Zuma de payer ses dettes et de vivre bien au-dessus de ses moyens entre 1994 et 2006.

Publicité

C'est un pavé de 490 pages basé sur des dizaines de milliers de documents. Rédigé à la demande des Scorpions, l'unité d'élite de la police sud-africaine aujourd'hui dissoute, il devait servir au procès de Jacob Zuma pour corruption en 2006. Sauf que le procès n'a jamais eu lieu, les charges ont été abandonnées.

Au total, d'après ce rapport, Jacob Zuma a reçu sept millions de rands, soit plus de 620 000 euros pour financer son train de vie entre 1994 et 2006. Les auditeurs ont relevé 783 paiements en provenance de son ancien conseiller financier Schabir Shaik, condamné, lui, pour corruption.

L'argent provenait également d'hommes d'affaires et d'entreprises diverses, entre autres la société française d'armement Thomson CSF, aujourd'hui rebaptisée Thalès. Des banques commerciales ont aussi rendu service au dépensier futur président en effaçant quelques créances douteuses.

Et puis, bienfaiteur plus inattendu : en 2005, juste après le départ de Jacob Zuma de la vice-présidence, Nelson Mandela lui a fait un chèque d'un million de rands, soit près de 90 000 euros.

Du pain béni pour l'opposition qui réclame des explications au chef de l'Etat, déjà accusé d'avoir fait rénover sa propriété aux frais du contribuable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail