Accéder au contenu principal
Ghana

Ghana : John Dramani Mahama célèbre son succès, Akufo Addo hésite à continuer de contester

John Dramani Mahama, lors de son discours de victoire, lundi 10 décembre 2012.
John Dramani Mahama, lors de son discours de victoire, lundi 10 décembre 2012. REUTERS/Luc Gnago
Texte par : RFI Suivre
3 min

Au Ghana, le NPP devrait annoncer, ce mardi 11 décembre, s’il entend continuer à contester les résultats des élections qui donnent la victoire au premier tour au président sortant, John Dramani Mahama. Le parti d’opposition et son candidat Nana Akufo Addo ont fait savoir qu’ils se réuniraient aujourd'hui pour décider de la marche à suivre. Pendant ce temps hier, lundi soir, le NDC a convié ses partisans à venir fêter la victoire au rond-point Kwame Nkrumah.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Accra

54 ans, le visage serein, John Dramani Mahama est arrivé en boubou blanc sur la scène décorée aux couleurs du drapeau ghanéen. Cette victoire n’est pas celle d’un homme, ni d’un parti, mais du peuple du Ghana, lance-t-il à la foule.

« Il faut oublier l’esprit de compétition, passer à celui de coopération, lance-t-il aussi à l’adresse de ses adversaires. Tous ensemble nous pouvons construire un meilleur Ghana ». Un appel du pied à peine voilé à son principal rival, Nana Akufo Addo, qui conteste les résultats annoncés hier soir par la commission électorale et que la solide mission d’observateurs locaux a jugé crédibles après avoir effectué ses propres calculs : « Je ne suis pas encore certain que j'ai été battu. On verra », indique-t-il.

L’opposant a reçu hier soir chez lui la visite de Boni Yayi, président en exercice de l’Union africaine. Un entretien d’une quinzaine de minutes, selon les journalistes présents sur place.
Son parti, le NPP, a annoncé qu’il se réunirait aujourd’hui pour décider de la marche à suivre.

5 % de croissance en moyenne depuis le début des années 2000. 14 % même l'an dernier depuis que la production de pétrole est venue s’ajouter aux autres ressources du pays : les minerais, l’or notamment dont il est le deuxième producteur en Afrique ; le cacao dont le Ghana est le deuxième producteur mondial ; et des perspectives de production de gaz, d’ici un ou deux ans.

Le Ghana jouit d’une croissance économique soutenue et stable depuis une dizaine d'années et produit du pétrole depuis deux ans, même si la production n’atteint pas encore le niveau espéré au départ. Tout l’enjeu, pour le président nouvellement élu et sa future équipe, c’est de transformer cette croissance en développement généralisé.

Stable politiquement, le pays attire les investisseurs étrangers. Ils ont beaucoup augmenté ces quatre dernières années et de nouveaux acteurs sont arrivés, en plus de la Chine et des Occidentaux : entre autres le Brésil, la Turquie, ou l’Inde.

Le Ghana est entré l’an dernier dans la catégorie des pays à revenus intermédiaire et il existe dans le pays une vraie classe moyenne. Mais beaucoup reste encore à faire en matière de développement et d’infrastructures, notamment dans les régions agraires du nord, car c’est finalement le sud qui bénéficie du boom économique.

Quant au Ghanéen moyen, il se plaint souvent de l’augmentation du coût de la vie, et de la nécessité de créer des emplois, notamment pour la jeunesse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.