Libye / Tchad

Le Premier ministre libyen place les questions sécuritaires au coeur de sa visite au Tchad

Le Premier ministre libyen Ali Zeidan (ici en mai 2011) a évoqué au Tchad la question du grand banditisme dans le Sahara.
Le Premier ministre libyen Ali Zeidan (ici en mai 2011) a évoqué au Tchad la question du grand banditisme dans le Sahara. AFP PHOTO/KARIM JAAFAR

Le Premier ministre libyen poursuit sa tournée au Sahel. Après Niamey, Ali Zeidan était ce jeudi à Ndjamena. Au programme, les questions sécuritaires dans le sud de la Libye et dans tout le Sahara, notamment le grand banditisme. Un accord doit être trouvé pour une surveillance accrue des frontières.

Publicité

La visite du Premier ministre libyen avait un fort relent sécuritaire. En plus du chef d’état-major de l’armée libyenne, étaient présents plusieurs hauts gradés en charge de la sécurité.

Les discussions entre Ali Zeidan et les autorités tchadiennes ont porté sur le contrôle du grand banditisme à travers le Sahara. La région est le terreau de trafiquants qui viennent de la Libye, mais aussi de l’Egypte, avec des marchandises, des cigarettes, des armes, du carburant et des voitures volées.

Ensemble avec les autorités tchadiennes, ils ont convenu de travailler à la création d’une commission mixte, selon les termes du communiqué final lu par le ministre tchadien de la Sécurité publique, Ahamat Mahamat Bachir. « Les deux parties ont mis l’accent sur l’importance de la coopération sécuritaire par une surveillance plus efficace des frontières. Dans ce cadre, les deux parties ont adopté les mesures suivantes : œuvrer pour la conclusion d’un accord quadripartite sur la sécurité transfrontalière entre le Tchad, la Libye, le Niger et le Soudan », a annoncé le ministre.

Le Premier ministre libyen a pour sa part affirmé l’engagement de son pays à travailler avec ses voisins pour un retour de la paix dans le Sahara.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail