Algérie / France

Algérie: François Hollande plaidera le dossier des moines de Tibéhirine

Les moines trappistes du monastère de Tiberihine dans l'Atlas algérien.
Les moines trappistes du monastère de Tiberihine dans l'Atlas algérien.

Le président français François Hollande a affirmé vendredi 14 décembre à Bruxelles qu'il parlera de «tous les sujets», y compris de l'enquête sur l'assassinat en 1996 des sept moines de Tibéhirine, avec son homologue Abdelaziz Bouteflika lors de sa visite d'Etat en Algérie les 19 et 20 décembre. Les circonstances exactes de la mort des moines n'ont jamais été élucidées.

Publicité

Les familles des moines de Tibéhirine ont demandé à François Hollande de profiter de sa visite pour faire avancer l'enquête, et pour «obtenir une coopération des autorités policières et judiciaires algériennes».

Le juge en charge du dossier Marc Trévidic a adressé une commission rogatoire à Alger il y a tout juste un an. Mais depuis, pour Maître Patrick Baudouin, avocat des parties civiles et président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, les autorités algériennes n'ont pas bougé.

Le juge demande à pouvoir se rendre en Algérie depuis un an maintenant, dans le cadre d’une commission rogatoire internationale. Il n’a toujours pas le feu vert des autorités algériennes donc nous demandons au président Hollande d’intervenir… c’est indispensable (qu’il se rende en Algérie) pour qu’il puisse auditionner des témoins ou des auteurs même présumés… il faut également qu’il puisse faire en sorte que soit effectuée l’exhumation des têtes des moines de façon à pouvoir essayer de déterminer la cause de la mort…

Patrick Baudoin: «Nous demandons que les autorités algériennes aillent vers la vérité, la transparence…»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail