ANC / Elections

Afrique du Sud: Jacob Zuma vers un nouveau «sacre» à la tête de l’ANC

Des partisans de Jacob Zuma brandissent une banderole à son effigie à Bloemfontein, le 17 décembre 2012.
Des partisans de Jacob Zuma brandissent une banderole à son effigie à Bloemfontein, le 17 décembre 2012. REUTERS/Mike Hutchings

Ce mardi 18 décembre est le troisième jour du congrès de l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud. Le mouvement élit ses dirigeants. Après beaucoup de retard, le vote s'est finalement terminé tôt dans la matinée. La réélection de Jacob Zuma est attendue. Très en avance dans les prévisions, le chef de l'Etat devrait être reconduit à la tête du mouvement, ce qui le placerait idéalement en prévision de la présidentielle de 2014.

Publicité

Le vote vient de se terminer ce mardi matin seulement, avec énormément de retard. Il y a eu des problèmes logistiques. Beaucoup de délégués avaient décidé d’aller fêter par anticipation la victoire de Jacob Zuma la nuit dernière. Les bars de Bloemfontein ont fait le plein jusque très tard dans la nuit. Il ya eu beaucoup de danses, beaucoup d’alcool et donc, beaucoup de fêtes.

Jacob Zuma fait figure de favori. Son vice-président, Kgalema Motlanthe, joue lui son va-tout. S’il n’est pas élu, il disparaîtra de la direction de l’ANC.

L’une des questions en suspens aujourd’hui est de savoir si le parti va élire au poste de vice-président le milliardaire Cyril Ramaphosa, l’ancien secrétaire général de l’ANC. Il a été considéré pendant longtemps comme le dauphin de Nelson Mandela, et a passé ces dernières années à faire des affaires.

Aujourd’hui, il montre ainsi sa volonté de revenir en politique. La veille, à l’applaudimètre, au moment où on a annoncé qui était candidat pour la direction du parti, c’était certain que Jacob Zuma, Cyril Ramaphosa et Gwede Mantashe pour le poste de secrétaire général, avaient de bonnes chances de se faire élire. Mais c’est un véritable vote qui a eu lieu la nuit dernière pour désigner cette nouvelle équipe dirigeante, vote manuel à bulletin secret.

L’ANC a tout fait pour minimiser les risques de fraudes et de contestation, contrairement à ce qui s’était passé en 2007, lors de la précédente conférence de Polokwané. Ce mardi, il va falloir du temps avant de connaître le résultat de ce scrutin interne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail