Etats-Unis / Libye

Etats-Unis: le congrès américain examine le rapport sur l’attaque de Benghazi

L'ambassadeur américain Christopher Stevens, à son domicile à Tripoli, le 28 juin 2012.
L'ambassadeur américain Christopher Stevens, à son domicile à Tripoli, le 28 juin 2012. REUTERS/Esam Al-Fetori

Le Congrès américain va auditionner ce mercredi 19 et 20 décembre des responsables du département d'Etat et du Pentagone concernant l'attaque du consulat américain de Benghazi, en Libye, le 11 septembre dernier. Une attaque armée menée par des miliciens proches d'al-Qaïda qui avait coûté la vie à l'ambassadeur, Christopher Stevens, ainsi qu'à trois autres diplomates américains. La veille, le département d'Etat a été fortement mis en cause dans un rapport remis par une commission d'enquête indépendante (ARB, Comité de révision de l'action de l'administration américaine). Ce rapport pointe du doigt de graves manquements en matière de sécurité concernant le consulat de Benghazi.

Publicité

Le rapport commandé par Hillary Clinton dénonce des failles importantes du département d'Etat en matière de sécurité. Des failles structurelles, c'est-à-dire, des faiblesses dans la chaîne de commandement, une mauvaise coordination entre les différents responsables, et une véritable confusion à Washington et à Benghazi sur la répartition des responsabilités. Le Bureau des affaires proche-orientales, ainsi que le bureau de la sécurité diplomatique sont pointés du doigt.

Ce document ne met en cause aucun fonctionnaire en particulier. Mais la commission d'enquête juge que certains responsables ont fait preuve d'un manque de réactivité. Le Congrès devra également se pencher sur la question de la sous-traitance en matière de sécurité. Le consulat de Benghazi était notamment protégé par des sociétés privées, ce qui est jugé inadéquat par le rapport.

Les recommandations de la commission vont être rapidement et intégralement appliquées par le secrétariat d'Etat. Plusieurs centaines de Marines vont être déployés afin d'assurer la sécurité des représentations diplomatiques.

Ce document ternit le bilan d'Hillary Clinton. La secrétaire d'Etat qui devrait quitter son poste en janvier après l'investiture de Barack Obama. Hillary Clinton, souffrante depuis plusieurs jours, ne pourra pas assister aux auditions devant le Congrès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail