Accéder au contenu principal
Niger

Niger: une ONG dénonce les accords signés avec Areva

La mine d’uranium d’Arlit au Niger exploitée par Areva.
La mine d’uranium d’Arlit au Niger exploitée par Areva. Wikimedia
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Niger, l'ONG Sherpa (spécialisée dans la défense des populations victimes de crimes économiques) a annoncé, le mardi 18 décembre, son retrait des accords signés en 2009 avec le groupe nucléaire français Areva. Ces accords visaient à la mise en place d'un Observatoire de la santé autour des sites miniers où Areva exploite l'uranium. L'ONG estime que le groupe en fait aujourd'hui uniquement une « opération de communication ».

Publicité

Au Niger, où Areva exploite de nombreuses mines, le même constat amer est fait : l’Observatoire de la santé mis en place autour des mines d’uranium n’était qu’une coquille vide. Selon Ghamar Illatoufegh, secrétaire général de la Société civile d’Arlit : « Ca fait un an que l’Observatoire a été mis en place, mais rien n’a bougé. Rien de concret n’a été fait ».

Pourtant Areva se défend, arguant que cet observatoire n’a été mis en place que depuis peu. Et le géant du nucléaire d’estimer que 800 ex-salariés auraient ainsi bénéficié d’examens médicaux. Mais là encore, sur place, ces chiffres sont contestés par la voie d’Al-Moustapha Alhacen président de L'ONG nigérienne Aghirin'man : « Quand il s’agit d’emmener ces malades nigériens ou gabonais en Europe, ils nous disent qu’ils n’ont pas les moyens de le faire ».

Quoi qu’il en soit au-delà de la décision de Sherpa, c’est toute la pratique du greenwashing (le « blanchiment vert ») qui transparaît, une technique qui permet à certaines entreprises d’utiliser la question de l’environnement comme une simple entreprise de communication.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.