Côte d'Ivoire

Bousculade mortelle d'Abidjan: Ouattara souhaite que l'enquête donne des résultats «assez rapidement»

Hommage aux victimes, le 2 janvier 2013, dans une rue de la capitale ivoirienne.
Hommage aux victimes, le 2 janvier 2013, dans une rue de la capitale ivoirienne. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Côte d'Ivoire, des résultats préliminaires de l'enquête sur le drame de la nuit du 31 décembre devraient être connus ce samedi 5 janvier, c'est en tout cas ce qu'a annoncé le porte-parole du gouvernement vendredi à la sortie du Conseil des ministres. C'était le premier de l'année 2013 mais aussi depuis la bousculade géante qui a coûté la vie à 63 personnes et blessé une cinquantaine d'autres.

Publicité

C'est après une minute de silence à la mémoire des victimes que la réunion a commencé. Une demande d'Alassane Ouattara : le président ivoirien a répété son attachement à ce que la vérité soit faite sur les causes et les circonstances de ce drame. « Je souhaite bien évidemment que les résultats de l’enquête puissent être connus assez rapidement, a ainsi indiqué le président. Cela est important pour les victimes, pour leurs familles, et bien sûr pour toute la nation pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise dans ce pays. »

Certaines voix ont critiqué le dispositif sécuritaire mis en place le soir du 31 décembre à Abidjan, ainsi que la gestion de la crise après l'accident. Selon Bruno Kone, de longs débats ont animé ce Conseil des ministres. Pour le porte-parole du gouvernement, tout a été mis en oeuvre pour faire face à cette situation, mais il admet que tout n'a pas été parfait. « Nous restons modestes, nuance-t-il. Beaucoup d’efforts ont été fait pour minimiser l’impact du drame qui est survenu. Nous tirons des leçons de ce qui est arrivé et des dispositions vont être prises de sorte qu’à l’avenir ce genre d’incidents ne survienne pas dans les mêmes conditions. »

Un comité de crise dirigé par le Premier ministre s'est réuni dès le 2 janvier ; il devrait proposer des mesures pour prévenir d'autres tragédies de ce genre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail