Accéder au contenu principal
Djibouti

Deux mois de prison ferme pour l'opposant djiboutien Daher Ahmed Farah

Daher Ahmed Farah, porte-parole de la coalition de l'opposition djiboutienne, l'Union pour le salut national (USN), arrêté le 4 mars 2013.
Daher Ahmed Farah, porte-parole de la coalition de l'opposition djiboutienne, l'Union pour le salut national (USN), arrêté le 4 mars 2013. Facebook/DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La justice djiboutienne a condamné le porte-parole de l'opposition Dareh Ahmed Farah à deux mois de prison ferme au lieu des douze mois requis par le parquet. Arrêté le 4 mars sur la base d'écoutes téléphoniques estimées illégales par la défense, il a été jugé coupable d'appel à la rébellion à la suite des législatives contestées de février 2013. Deux autres personnes étaient poursuivies dans ce même dossier. L'un d'eux a été condamné à de la prison avec sursis, l'autre a été relaxé. Pour les avocats de Dareh Ahmed Farah, cette condamnation est inacceptable. Ceux-ci ont ainsi décidé de faire appel. A la Ligue djiboutienne des droits humains, personne n'est surpris par la condamnation, étant donné le contexte politique trés crispé à Djibouti. C'est le sentiment d'Oussein Ahmed Farah, membre de l'organisation qui s'exprime au micro de Christine Muratet.

Publicité

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.