Mali

Mali: les bérets rouges rejoignent le front

Un soldat monte la garde devant l'entrée du 33e régiment de parachutistes (bérets rouges) dans le camp de Djicoroni à Bamako le 2 mai 2012.
Un soldat monte la garde devant l'entrée du 33e régiment de parachutistes (bérets rouges) dans le camp de Djicoroni à Bamako le 2 mai 2012. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après la réconciliation, bérets rouges et bérets verts, quelques centaines de militaires parachutistes communément appelés « bérets rouges » ont quitté dimanche Bamako pour le nord du Mali.  Ils doivent intégrer le dispositif militaire malien. Un départ qui signe la fin d'une période de graves tensions au sein de l'armée malienne.

Publicité

Pas d'autorisation de photographier la troupe, pas d'interview, le convoi démarre.

On reconnaît des blindés, des engins de terrassement, des véhicules de transport de troupes. Les troupes ?  Elles sont également visibles. Ce sont des militaires parachutistes, bérets rouges vissés sur la tête. Ce dimanche, ils sont quelques centaines à prendre la direction du nord du pays. Objectifs : intégrer le dispositif militaire malien.

Il y a quelques semaines encore, on ne pouvait pas voir ici en public des militaires bérets rouges sur la tête. Ils ne s'entendaient pas du tout avec un autre corps de l'armée malienne, les bérets verts.

La division s'était installée au sein de la Grande muette. Aujourd'hui, grâce à une médiation confiée au Premier ministre malien Diango Sissoko, tout est rentré dans l'ordre. Un nouveau patron des parachutistes a été nommé. Le corps ne disparaît donc pas, mais il est restructuré. Une compagnie d’instruction de ces parachutistes sera installée à Bamako. Et deux autres compagnies seront respectivement basées à Tombouctou, et à Gao, dans le nord du Mali.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail