Afrique du sud

Les défis de Lonmin, huit mois après le drame du site minier de Marikana

Ben Magara, le nouveau directeur général  de Lonmin. Nommé ce mardi 2 avril 2013, il sera en poste le 1er juillet prochain.
Ben Magara, le nouveau directeur général de Lonmin. Nommé ce mardi 2 avril 2013, il sera en poste le 1er juillet prochain. DR
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Huit mois après les violentes grèves sur le site minier de Marikana, le groupe Lonmin a désigné son nouveau directeur général. Le 1er juillet prochain, Ben Magara sera le premier Noir à ce poste dans l'industrie sud-africaine du platine.

Publicité

Ben Magara n'est pas un nouveau venu dans l'industrie minière sud-africaine. D'origine zimbabwéenne, il est issu du sérail, puisqu'il a fait toute sa carrière chez le grand rival de Lonmin, à savoir Anglo American Platinum (Amplats), où il est encore directeur de l'ingéniérie des projets.

Les défis de l'industrie du platine, il les connaît. Et à ce titre, sa nomination est très bien accueillie par les milieux d'affaires.

Le premier Noir, PDG, de l'industrie du platine

Mais c'est aussi le premier Noir qui prendra la direction générale d'un groupe du secteur. Un geste salué par le syndicat historique des mineurs en Afrique du Sud (National Union of Miners, NUM), comme un pas vers la réalisation du Black empowerment, l'émancipation économique des Noirs en Afrique du Sud.

Ce syndicat n'est cependant plus majoritaire parmi les salariés de Lonmin, c'est l'Association des syndicats des mines et de la construction (AMCU), beaucoup plus musclée, qui mène désormais les salariés. La radicalisation est d'ailleurs allée de pair avec les violences policières du 16 août à Marikana, qui ont fait 34 morts parmi les mineurs.

Ben Magara a la réputation d'être à l'écoute, mais il devra gérer une situation sociale très délicate : continuer à améliorer les conditions de vie, jusque là déplorables, des mineurs logés sur le site et négocier les augmentations de salaires promises dans l'accord de fin de grève.

70 millions de pertes et un climat social tendu

Ses marges de manoeuvre seront étroites, quand on sait que l'entreprise a fait 700 millions de dollars de pertes l'an dernier, et n'a payé ses dettes qu'en faisant appel aux actionnaires. Les prix du platine stagnent, avec la crise de l'automobile en Europe qui réduit la demande en pots catalytiques diesel, où ce métal précieux est majoritairement utilisé.

Dans le même temps, les prix de l'électricité s'envolent en Afrique du Sud. Pour réduire ses coûts, le géant du secteur Amplats, d'où vient Ben Magara, a choisi de réduire la production, des suppressions d'emplois devraient suivre. Ce choix paraît exclu pour Lonmin, le groupe est troisième producteur mondial de platine, mais il dépend presqu'exclusivement de la mine géante de Marikana.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail