Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire / France / Mali

Des soldats ivoiriens formés par l’armée française avant leur déploiement au Mali

Des soldats ivoiriens des FRCI, lors de l'exercice mené ce wekk-end à Lomo-Nord, avant le départ de l'escadron pour le Mali, où il doit rejoindre la Misma.
Des soldats ivoiriens des FRCI, lors de l'exercice mené ce wekk-end à Lomo-Nord, avant le départ de l'escadron pour le Mali, où il doit rejoindre la Misma. REUTERS/Luc Gnago
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un escadron ivoirien de 235 hommes qui doit intégrer le bataillon logistique de la Misma, chargé d’assurer le transport en zones de combats au Mali, a achevé ce dimanche 7 avril une formation de cinq semaines, assurée par la force française Licorne. Avant de se rendre sur le terrain, les soldats ivoiriens ont été soumis à un exercice grandeur nature, à Lomo-Nord, à 200 kilomètres au nord d’Abidjan.

Publicité

C’est un scénario fictif, mais proche de ce que les hommes de l’escadron ivoirien chargé de la logistique de la Misma pourront rencontrer dans le nord du Mali.

Le danger des mines, les embuscades, nom de code militaire, évacuation de blessé par hélicoptère… Le champ de tir de Lomo-Nord a servi de cadre à ce scénario : une embuscade tendue par des jihadistes à des soldats ivoiriens, chargés de ravitailler un contingent sénégalais. Le convoi est alors obligé de s’arrêter et de faire face. Puis, une deuxième attaque des jihadistes, neutralisée par les militaires français.

L’exercice, effectué dans une zone de savane, est-il concluant pour préparer des hommes à intervenir dans le nord du Mali, désertique ? « Bien évidemment : on a toujours les mêmes fondamentaux », martèle Vincent Giraud, commandant de la force Licorne.

L'importance de l'autonomie sur le terrain

« Il est important qu’une force qui part sur le terrain soit autonome. Ils sont capables de s’installer dans n’importe quel endroit avec leurs tentes, de quoi se nourrir, de quoi se soigner, de quoi dormir, de quoi être en sécurité… Tout cela est valable que l’on soit dans le désert, dans la savane, ou même dans le froid », estime le militaire français.

Cliquez pour agrandir
Des soldats français et ivoiriens, ce samedi 6 avril, lors d’un exercice mené en commun avant le déploiement d’un escadron de la FRCI au Mali, dans le cadre de la Misma. REUTERS/Luc Gnago

Le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des Forces républicaines de Côte d’Ivoire, se dit fier de ses soldats, avant-même leur déploiement, dont la date n’est pas encore fixée. « Ils se sont accoutumés à l’ambiance qui les attend, aux tirs des canons qui servent dans le nord du Mali. Ils ne s’affolent plus », expose le général Soumaïla Bakayoko.

Malgré les félicitations et les encouragements, l’encadrement français qui a assuré la formation concède cependant avoir conscience que tout ne sera pas facile pour les militaires ivoiriens lorsqu’ils seront déployés au Mali.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.