Ethiopie

Journée de vote en Ethiopie boycottée par l'opposition

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, le 26 janvier 2013.
Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, le 26 janvier 2013. REUTERS/Tiksa Negeri
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les Éthiopiens étaient appelés aux urnes ce dimanche 14 avril pour des élections municipales à Addis Abeba et à Dire Dawa, à l'est, ainsi que des élections locales dans le reste du pays. Dans la capitale, la participation semblait importante, bien que l’enjeu soit minime en raison de l’omnipotence de l’EPRDF, le parti au pouvoir depuis 22 ans et du boycott de l’opposition qui estime que les conditions de transparence ne sont pas réunies.

Publicité

Après avoir été sérieusement chahuté, en 2005, le Front populaire démocratique révolutionnaire éthiopien (EPRDF), au pouvoir depuis 1991 en Éthiopie, a repris les choses en main. Il y a trois ans, il a fait main basse avec ses alliés sur 545 sièges sur 547 au Parlement.

L’opposition dure a cette fois décidé de boycotter le scrutin, frustrée de constater qu’aucune de ses revendications pour davantage de transparence, une égalité des chances et moins de pression sur les citoyens, n’avaient été prises en compte.

Le gouvernement éthiopien n’a d’ailleurs pas fait appel à des observateurs internationaux pour valider la qualité du processus, alors que l’Union européenne, par exemple, avait émis des critiques en 2010.

Malgré les clips radiotélévisés et quelques minibus diffusant des slogans, la campagne n’a pas semblé passionner les habitants de la capitale qui, selon les premières observations, se sont toutefois déplacés en masse, ce dimanche.

Cependant, malgré un nombre d’inscrits au-delà des prévisions, beaucoup de citoyens de la classe moyenne disaient ne pas s’être enregistrés et se souciaient bien peu de résultats acquis par avance et concernant des élus au pouvoir très théorique face aux pontes du régime.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail