GUINEE-BISSAU

Narcoterrorisme: la Guinée-Bissau veut juger Tchuto et Indjai

Antonio Indjai est accusé d'avoir planifié un trafic de cocaïne vers les Etats-Unis (image d'archives).
Antonio Indjai est accusé d'avoir planifié un trafic de cocaïne vers les Etats-Unis (image d'archives). Penney / Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Guinée-Bissau, première réaction des autorités de transition, après l'arrestation par l'agence américaine anti-drogue du contre-amiral Bubo Na Tchuto et l'inculpation du chef d'état-major bissau-guinéen Antonio Indjai. Les deux hommes sont accusés par la DEA d'avoir été prêts à vendre des armes aux FARC, Forces armées révolutionnaires de Colombie, et à stocker sur le territoire bissau-guinéen de la cocaïne en transit vers les États-Unis. Le porte-parole du gouvernement de transition bissau-guinéen, Fernando Vaz, a laissé entendre lundi que les autorités allaient demander le retour, dans les juridictions nationales, des procédures visant Na Tchuto et Indjai. Un appel lancé aux États-Unis alors que jusqu'ici, la justice bissau-guinéenne n'a été capable de juger aucun des gros bonnets de la drogue.

Publicité

Ce pays -les États-Unis- se doit de suivre les principes du droit international qui oblige tous les gouvernements du monde à respecter les autres États, l’intégrité territoriale, le droit des citoyens, même s’il s’agit de la première puissance mondiale et même s’il considère la Guinée-Bissau comme la dernière.

Fernando Vaz

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail