COTE D'IVOIRE

Elections en Côte d’Ivoire: quatre villes et deux régions toujours sans vainqueur

Dans un bureau de vote de la banlieue d'Abidjan, le 21 avril 2013.
Dans un bureau de vote de la banlieue d'Abidjan, le 21 avril 2013. Sanogo / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Côte d’Ivoire, les résultats complets des élections municipales et régionales du dimanche 21 avril - boycottées par le FPI de l'ex-président Laurent Gbagbo - n’ont toujours pas été publiés. La Commission électorale indépendante avait pourtant programmé leur publication pour jeudi soir. Ces résultats devraient en tout cas donner lieu à la contestation de plusieurs candidats, après des incidents parfois violents qui se sont déroulés dans certaines communes du pays, notamment à Abidjan, pendant deux jours.

Publicité

Les résultats complets des élections municipales et régionales se font attendre. La publication de tous les résultats était programmée pour jeudi soir. Mais il manque encore les résultats de 4 communes sur 197 ainsi que 2 régions sur 31, Tchologo et Le Cavally, deux circonscriptions litigieuses. Des violences ont éclaté cette semaine dans quelques communes du pays et notamment à Abidjan.

Le porte-parole de la Commission indépendante électorale Inza Diomandé explique que des délibérations sont en cours : « La Commission centrale se réunit pour délibérer sur ces cas et à l’issue de ces délibérations, nous allons communiquer tout ce qui relève de ces circonscriptions ».

Au Cavally, deux candidats revendiquent la victoire

Pour Le Cavally, un membre du gouvernement Anne Oulotto, ancienne porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR) et l’ex-ministre du commerce Dagobert Bandio issu du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) sont en compétition. Chacun des deux concurrents revendiquent la victoire.

Ceux qui contestent les résultats ont cinq jours pour déposer leurs réclamations à la CEI, cinq jours dès que les résultats de la région ou de la commune sont proclamés. Tous les contestataires doivent déposer leur dossier au siège de la commission électorale dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan.

Par ailleurs, à Tchologo, fief exclusif du RDR, les électeurs ont élu des candidats indépendants et ont retoqué les candidats investis par le parti dans cinq des six communes. Seule exception : Brahim Ouattara, petit frère du président ivoirien, qui était le seul candidat à Kong, commune d’où la famille est originaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail