Congo-Brazzaville

Explosions de Mpila: un procès quand «l'affaire sera mûre»

Brazzaville, le 8 mars 2012. Le bilan de l'explosion du dépôt de munitions a été établi à 200 morts, 2 300 blessés et 14 000 sans-abri.
Brazzaville, le 8 mars 2012. Le bilan de l'explosion du dépôt de munitions a été établi à 200 morts, 2 300 blessés et 14 000 sans-abri. © AFP/Patrick Fort

Le procès des accusés dans l'affaire de l'explosion d'un dépôt de munitions à Mpila en mars 2012 sera organisé quand « l'affaire sera mûre », a déclaré ce vendredi le ministre congolais de la Justice, Aimé Emmanuel Yoka. Les 26 accusés reprochent à la justice de les emprisonner injustement.

Publicité

Voilà maintenant plus d’un an, depuis le 7 mai 2012, que les inculpés dans l’affaire des explosions de Mpila sont en prison. Leurs avocats ont dénoncé le fait qu’un procès n’ait toujours pas été organisé à leur encontre. Pour eux, leurs clients -notamment une vingtaine de militaires- sont gardés en prison au-delà des délais. Ils estiment que leur procès n’est plus possible, parce que la procédure n’a pas été respectée sur toute la ligne.

Réagissant sur les antennes de la télévision nationale, le ministre de la Justice et des droits humains, maître Aimé Emmanuel Yoka, a assuré que le procès aura forcément lieu. « L’affaire sera jugée quand elle sera mûre. La justice a besoin de calme, de la sérénité, de la pondération et de la modération. Tout le bruit qui est fait par les avocats de la défense ne perturbe pas du tout la justice. L’Etat a intérêt d’aller au procès, mais nous ne voulons pas qu’on nous reproche demain le fait d’avoir bâclé la procédure », a dit le ministre de la Justice.

Interrogé par RFI il y a quelques mois pour savoir si le procès de l’affaire des explosions sera aussi animé et médiatisé que celui des disparus du Beach en 2005, le ministre Aimé Emmanuel Yoka avait exclu tout amalgame.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail