Rwanda

Rwanda: six morts dans l'effondrement d'un immeuble en construction

Une pelleteuse s'active dans les décombres de l'immeuble, à Nyagatare, le 15 mai 2013.
Une pelleteuse s'active dans les décombres de l'immeuble, à Nyagatare, le 15 mai 2013. AFP PHOTO /Stephanie Aglietti

L'effondrement d'un immeuble de quatre étages qui devait héberger des commerces dans une ville de l'est du Rwanda, a fait six morts et une trentaine de blessés, mardi 14 mai. Les opérations de secours se sont achevées hier. Près de 20 ans après le génocide contre les Tutsis qui avait mis le pays à genoux, le Rwanda, en forte croissance économique, connaît depuis plusieurs années un boom immobilier.

Publicité

Le vrombissement des mâchoires des pelleteuses sonne la fin des opérations de secours. Elles se sont achevées mercredi, tôt dans la matinée. Selon le chef de la police de Nyagatare, à l'est du Rwanda, l’effondrement la veille de l’immeuble en construction a causé la mort de six personnes et en a blessé une trentaine d'autres.

Mais sur le terrain, la situation restait un peu confuse. Patrick Byiringio, un médecin de la ville en charge des opérations émettait encore des réserves sur ce bilan : « Personne ne sait s'il n'y a plus personne sincèrement, parce qu'on ne sait pas vraiment combien de personnes étaient venues travailler. Donc on est en train de voir s'il n'y a pas encore des gens qu'on aurait oubliés ».

« Regarde ! Un pilier est en train de casser »

Les blessés légers ont été transférés dans l’hôpital de la ville. Dans une salle, Emmanuel, un des ouvriers, bras en écharpe, explique qu’il était au rez-de-chaussée en train de casser des murs afin d’agrandir une pièce lorsque l’immeuble, dont le gros œuvre était achevé, s’est effondré : « Mon collègue m’a dit : « Regarde ! Un pilier est en train de casser ». J’ai regardé et, de l’autre côté, j’ai vu qu’un second pilier était en train de casser. Alors qu’on essayait de les réparer, un troisième pilier a plié ».

Pour la police qui poursuit ses investigations, il n’est pour l’instant pas possible de connaître les raisons précises de cet effondrement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail