Accéder au contenu principal
Burkina Faso / Mali

Les délégations retournent au Mali pour consultation, avant un possible accord

Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, serre la main du leader de la délégation Ansar Dine, Alghabass Ag Intalla, le 8 juin 2013 à Ouagadougou.
Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, serre la main du leader de la délégation Ansar Dine, Alghabass Ag Intalla, le 8 juin 2013 à Ouagadougou. AHMED OUOBA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dernière ligne droite avant, peut-être, un accord dès ce mardi 11 juin entre Bamako et les rebelles touaregs. La dernière mouture du protocole d'accord a été remise, lundi 10 juin, aux deux parties par le médiateur burkinabè, Blaise Compaoré. Il reste sans doute quelques ajustements à trouver sur les questions les plus sensibles, notamment sur le retour de l'armée malienne à Kidal. Les deux délégations sont reparties au Mali, dans la matinée,  pour rendre compte.

Publicité

Huit personnes de la délégation touarègue du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) ont décollé ce mardi 11 juin dans la matinée, de Ouagadougou pour Kidal, à bord d'un avion mis a disposition par l'opération Serval.

Les délégués devaient rendre compte aux militaires du MNLA et s'entretenir avec le vieil Intallah, l'amenokal (chef traditionnel touareg) des Ifoghas. De son côté, Tiebilé Dramé, le chef de la délégation gouvernementale a rejoint Bamako où il a rencontré le président et le Premier ministre pour discuter des derniers ajustements.

Cantonnement

La médiation, qui espère une signature de l'accord en fin de journée ce mardi 11 juin, n'est pas à l'abri d'exigences de dernière minute sur les modalités de cantonnement des rebelles touaregs et sur celle du retour de l'armée malienne à Kidal.

Le MNLA accepte en effet d'être cantonné, avec ses armes placées sous contrôle de la Minusma - la future force onusienne -, jusqu'au règlement de l'accord de paix global et définitif après les élections.

Pour Bamako, la résolution du Conseil de sécurite de l'ONU, adoptée en avril dernier, impose que les groupes armés déposent les armes. Point positif, le déploiement de l'armée malienne à Kidal est acquis. Il devrait s'opérer en tandem avec des éléments des forces françaises et des forces de la Minusma.

Azawad

Mais la délégation gouvernementale affirme qu'elle ne veut pas du projet de la commission mixte, qui associerait rebelles touaregs et armée malienne.

Autre point de friction, le terme « Azawad », employé par les autonomistes touaregs pour designer la région, est réfuté et refusé par les autorités maliennes.

Ce point ne devrait toutefois pas déclencher un casus belli. La médiation burkinabè espère pouvoir faire signer l'accord en fin de journée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.