Egypte

En Egypte, le mouvement «Rébellion» anti-Morsi gagne en intensité

Les manifestants anti-Morsi réclamant ce mercredi 26 juin le départ du président islamiste.
Les manifestants anti-Morsi réclamant ce mercredi 26 juin le départ du président islamiste. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Face aux soutiens du président Morsi, les manifestations du mouvement populaire Tamarod (« rébellion ») gagnent en intensité. Cette semaine, au moins quatre personnes ont été tuées dans les heurts entre ces deux camps. Ce vendredi 28 juin, la violence était de nouveau au rendez-vous, causant la mort d'un Américain qui prenait des photos à Alexandrie.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Dans la banlieue résidentielle de Madinet Nasr, les Frères musulmans et leurs alliés ont réuni la plus grande partie de leurs troupes pour soutenir le président Morsi. Une démonstration de force visant à illustrer le soutien dont ils jouissaient sur le terrain.

Une démonstration à laquelle les opposants au président Frère musulman ont répondu par une manifestation d’égale importance place Tahrir. Mais si le résultat était un match nul au Caire, les Frères musulmans ont été débordés dans toutes les autres villes et provinces d’Egypte.

A Alexandrie, des milliers de manifestants ont occupé la place Sidi Gaber, considérée comme le lieu de rassemblement traditionnel des Frères musulmans. A Méhalla, ville ouvrière du Delta, les manifestants ont entonné des slogans hostiles à la confrérie.

Un scénario qui s’est répété à Mansourah, à l’est du Delta, et à Tanta, au centre. Toutes les villes du Canal de Suez, Port-Saïd, Ismaïlia et Suez ont été le théâtre de manifestations hostiles au président Morsi. Des manifestations auxquelles ont même participé les touristes à Hurgada en mer Rouge.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail