Madagascar

Madagascar: les autorités souhaitent voir les papiers du «monsieur sécurité» des Ravalomanana

Lalao Ravalomanana, le 25 avril 2013 à Antananarivo.
Lalao Ravalomanana, le 25 avril 2013 à Antananarivo. Andriamalala / Reuters

Le retour aux affaires de Jean-Marc Koumba est suivi de très près par les autorités malgaches. L’ex-homme fort de la sécurité de Marc Ravalomanana vient de reprendre du service auprès de la femme de l’ancien président, Lalao, candidate à la présidentielle. La gendarmerie l’a convoqué pour vérification de ses papiers.

Publicité

Des gendarmes se sont déjà rendus au domicile de Jean-Marc Koumba cette semaine. Sans succès. Le garde du corps de Lalao Ravalomanana était en tournée avec la candidate dont il assure depuis peu la sécurité.

L’homme est de nationalité germano-gabonaise. Pour le commandant de la gendarmerie à Antananarivo, il s’agit d’une simple vérification de sa situation. « La circulation des étrangers est strictement réglementée, rappelle-t-il. Je cite le cas de Thaïlandais qui étaient venus à Madagascar dans le cadre du tourisme, alors qu'ils exerçaient l'exploitation illicite de pierres précieuses. Donc, après le contrôle, finalement, ils ont été expulsés. Pour le cas de M. Jean-Marc Koumba, si les papiers sont en règle, ils peut continuer. S'ils ne sont pas en règle, on va appliquer la loi en vigueur. »

Sans visa de travail adéquat, Jean-Marc Koumba risque l’expulsion. La presse d’opposition au pouvoir de transition parle d’intimidation. Sur les réseaux sociaux, le garde du corps ironise : « Si toute personne travaillant pour un candidat aux élections est inquiétée, alors les artistes devraient se faire du souci. » « Ma seule arme est mon expérience dans ce domaine », ajoute l’ex « monsieur sécurité » de Marc Ravalomanana, ancien champion du monde de kick-boxing.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail