Afrique du Sud

La famille de Mandela aurait envisagé de débrancher l'appareil permettant à l'ex-président de vivre

Officiellement, l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, hospitalisé depuis le 8 juin dernier, reste dans un état critique mais stable.
Officiellement, l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, hospitalisé depuis le 8 juin dernier, reste dans un état critique mais stable. Reuters

Nelson Mandela ne peut plus respirer sans assistance et sa famille a envisagé d’arrêter les machines qui lui permettent de vivre. Ces informations sont contenues dans un document judiciaire daté du 26 juin dernier. Ce texte alarmant a été utilisé dans le cadre de la bataille juridique qui oppose plusieurs membres de la famille du héros de la lutte contre l'apartheid, hospitalisé depuis presque un mois pour une infection pulmonaire.

Publicité

Nelson Mandela est dans « un état végétatif permanent et sous assistance respiratoire pour survivre », indique le document, vieux d’une semaine, que s’est procuré l’AFP. Ce document a été présenté au juge dans l’affaire des sépultures qui divise la famille Mandela.

Toujours selon ce document, « L’état de santé de l’ancien président a empiré et les médecins ont conseillé à la famille de débrancher la machine qui le maintient artificiellement en vie. Plutôt que de prolonger ses souffrances, la famille envisage cette option comme étant très probable ».

Bien entendu, cette déclaration est un document judiciaire utilisé dans le cadre d’une bataille juridique. Il ne s’agit pas d’un avis médical et, par ailleurs, il est daté du 26 juin, au moment où l’on craignait le pire pour l’ancien président.

Jacob Zuma avait alors annulé un voyage au Mozambique en raison de l’état de santé de Nelson Mandela mais le lendemain, le 27 juin , le président Zuma annonçait que Nelson Mandela allait beaucoup mieux.

Nous n’avons cependant aucun détail sur son état de santé et la présidence sud-africaine n’a, pour l’instant, fait aucun commentaire. Officiellement, Nelson Mandela, hospitalisé depuis le 8 juin dernier, reste dans un état critique mais stable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail