Malte

Malte: la Cour européenne des droits de l'homme bloque l'expulsion de migrants vers la Libye

Siège de la CEDH à Strasbourg.
Siège de la CEDH à Strasbourg. AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG

Soulagement pour plusieurs centaines de migrants illégaux à Malte : les autorités maltaises ont annulé deux vols affrétés pour les reconduire en Libye. Malte a fait machine arrière suite à un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). La justice demande que chaque situation soit examinée au cas par cas.

Publicité

C'est littéralement à la dernière minute que plusieurs centaines d'immigrés ont pu éviter d'être embarqués dans des avions affrétés pour les ramener à leur case de départ, la Libye. Quelques jours plus tôt, ils étaient arrivés sur l'île dans des bateaux de fortune.

La plupart d'entre eux étaient partis de la Somalie et de l’Erythrée, en passant par la Libye, dans l'espoir de demander l'asile en Europe. Mais c'était sans compter sur la détermination du gouvernement maltais.

Les autorités voulaient les expulser, sans donner la moindre possibilité aux arrivants de bénéficier d'un traitement individuel. C'est au moment même où le Premier ministre travailliste Joseph Muscat s'adressait au Parlement pour dire sa préoccupation face au flot croissant de clandestins, qu'il a appris la décision de la CEDH. Interdiction, dès lors, de refouler les migrants en question.

Ce jugement est une victoire pour les ONG, qui dénoncent régulièrement les expulsions, une pratique jugée illégale depuis 2009. La décision intervient également au lendemain de la visite du pape François sur l'île voisine de Lampedusa, où il a fustigé « l'indifférence du monde » face au drame des migrants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail