Accéder au contenu principal
Mali

Election présidentielle: le dispositif affûté des médias maliens

Les médias maliens tenterons de couvrir un maximum de bureaux de vote, comme celui-ci, à Bamako.
Les médias maliens tenterons de couvrir un maximum de bureaux de vote, comme celui-ci, à Bamako. AFP PHOTO/GEORGES GOBET
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Journée historique au Mali ce dimanche, avec le premier tour d'une élection présidentielle très attendue, près d’un an et demi après le coup d’Etat de mars 2012. Le scrutin mobilise bien sûr les autorités et les forces armées internationales de la Minusma et de Serval, mais aussi les journalistes maliens, qui couvrent l’élection.

Publicité

Un dispositif exceptionnel pour une élection exceptionnelle. Après avoir couvert la campagne électorale, les journalistes maliens sont évidemment sur le pied de guerre pour la journée du vote.

« Le directeur de publication a pris les dispositions nécessaires, explique Bruno Djito Segbedji, journaliste politique au quotidien national L’Indépendant. Nous allons affecter les journalistes dans plusieurs zones du pays pour couvrir différents bureaux de vote, et nous qui sommes à Bamako, nous sommes répartis suivant les différentes communes. »

Il précise néanmoins : « Nous ne sommes pas à l'extrême-nord du pays, mais nous avons prévu d'envoyer des gens pour aller dans la zone de Mopti. Nous comptons ajouter une double page supplémentaire pour couvrir suffisamment tout ce qui va se passer dans les bureaux de vote. »

Médias communautaires

La couverture du vote se joue également dans les médias locaux et communautaires. « Au sein de la radio, il y a un dispositif particulier au niveau du cercle de Kayes, témoigne ainsi Issa Bathily, rédacteur en chef de la radio rurale de Kayes, dans l’ouest du pays. Nous mettons un peu partout nos réalisateurs et nos producteurs dans la ville de Kayes, pour qu'ils aillent voir un peu ce qu'il se passe au sein des différents bureaux de vote, recueillir les avis des électeurs, ce qu'ils pensent de l'élection dans ce contexte. Il faut le dire, il y a une effervescence particulière. Les gens ont vraiment envie de voter. »

Entre deux interviews, les journalistes maliens devront se rappeler une chose : eux aussi doivent voter.

Dossier spécial

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.