Rwanda

Rwanda : des mouvements militaires signalés à l'extérieur de Gisenyi

Des mouvements militaires discrets sont signalés à l'extérieur de la ville de Gisenyi.
Des mouvements militaires discrets sont signalés à l'extérieur de la ville de Gisenyi. Photo AFP / Lionel Healing

Le Rwanda, pointé du doigt par la communauté internationale pour son soutien aux rebelles du M23, accuse -contrairement à l'ONU- l'armée congolaise d'être à l'origine des tirs qui ont touché son territoire. Deux obus sont tombés le 29 août sur la ville de Gisenyi et ont fait un mort. La ministre des Affaires étrangères rwandaise avait alors de nouveau accusé son voisin d’être à l’origine de ces tirs et avait haussé le ton prévenant que le Rwanda serait prêt à défendre son territoire. Depuis, des mouvements militaires discrets ont été signalés à l’extérieur de la ville.

Publicité

« On est un peu inquiet, mais tout va bien. La situation est calme ». C'est le même refrain que l'on entend aux quatre coins de la ville de Gisenyi depuis jeudi. Malgré la chute de deux obus sur la ville, les boutiques n’ont jamais fermé et les activités continuent normalement. Seul changement notable pour les habitants, des manœuvres militaires inhabituelles mais discrètes opérées aux alentours de la ville.

Si à Gisenyi, cette présence rassure, il n’en est pas forcément de même dans les localités aux alentours. Umulisa, est une habitante de Ruzini, située à environ 15 km au nord de Gisenyi : « J’habite au bord de la route et c’est là que nous les avons vu passer. On a vu des armes et des chars de combat que les militaires faisaient descendre vers la frontière ».

Cette femme de ménage raconte que des tanks sont également stationnés sur le mont Rubavu, colline stratégique qui surplombe la ville de Gisenyi, tout comme celle de Goma. Depuis, elle raconte que les habitants n’osent plus emprunter ce raccourci pour rejoindre la ville. Et Umulisa est inquiète : « Cela nous fait peur lorsque les combats se rapprochent de la frontière. On a peur qu’ils traversent et s’attaquent au Rwanda. Nous entendons plus les combats que ceux qui sont en ville. Nos affaires sont toujours emballées ».

Contactée par RFI dimanche, la ministre des Affaires étranfères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, n’a pas souhaité commenter ce renforcement militaire, mais n’a pas démenti que le Rwanda demeurait en état d’alerte. Elle a également répété que Kigali était prêt à défendre ses citoyens et son territoire.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail