Kenya

Kenya: les shebabs veulent «punir» le Kenya pour son engagement en Somalie

Des soldats kényans à Nairobi, en route pour le centre commercial Westgate, ce dimanche 22 septembre.
Des soldats kényans à Nairobi, en route pour le centre commercial Westgate, ce dimanche 22 septembre. REUTERS/Thomas Mukoya

L'attaque lancée samedi 21 septembre dans un centre commercial de luxe de Nairobi a été revendiquée par les shebabs somaliens. Des terroristes ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule. Les forces de police kényanes tentent toujours de les déloger. Le dernier bilan de la Croix-Rouge fait état d'au moins 59 morts et 200 blessés. Les shebabs somaliens affirment vouloir « punir » le Kenya pour son intervention militaire en Somalie.

Publicité

La dernière attaque terroriste de cette ampleur dont avait été victime le Kenya remonte à 1998, lorsqu’al-Qaïda avait mené un raid suicide sur l’ambassade américaine. Le 7 août 1998, le Kenya et la Tanzanie avaient été touchés par des attentats visant les intérêts américains. Des explosions quasi simultanées à la voiture piégée devant les ambassades de Nairobi et de Dar es-Salaam font alors 243 morts, et des milliers de blessés.

A (RE)LIRE : Kenya: fusillade meurtrière et prise d’otages à Nairobi

Cette fois, l’attaque a été revendiquée par les shebabs somaliens, qui disent vouloir « punir » le Kenya pour son intervention militaire en Somalie en soutien du gouvernement somalien, depuis 2011. Les shebabs somaliens ont utilisé un compte Twitter pour revendiquer l'attaque contre le centre commercial Westgate.

Via plusieurs messages, ces islamistes ont justifié cette agression en plein jour contre un symbole de la société de consommation au cœur de Nairobi. « Nous voulons punir le Kenya pour son intervention en Somalie », ont déclaré les shebabs, en anglais, réitérant leur appel à un retrait de l'armée kényane de Somalie. Le compte utilisé pour faire ces déclarations a été fermé dans la soirée. Ce n'est pas la première fois que les shebabs utilisent les réseaux sociaux pour revendiquer leurs actions.

Des attaques qui se multiplient depuis 2011

Un autre compte avait été fermé début septembre 2013, après avoir été utilisé par les shebabs pour revendiquer l’attaque du président somalien Hassan Cheikh Mohamoud près de la ville de Merka, à une centaine de kilomètres au sud de Mogadiscio.

Déjà en janvier 2012, un compte avait été suspendu après avoir été utilisé pour poster des photographies d’un soldat français tué lors d’une opération commando menée pour libérer un otage.

Même si les attaques précédentes n’avaient encore jamais atteint une telle ampleur et un tel niveau d’organisation, ce n’est pas la première fois que les shebabs visent directement le Kenya. Le groupe islamiste, qui s’est formellement rallié à al-Qaïda en février 2012, et est en proie à des dissensions internes, a mené plusieurs attaques au Kenya depuis 2011.

A (RE)LIRE : Malgré les tensions, le Kenya et la Somalie veulent combattre ensemble les shebabs

Le samedi 10 mars 2012, une grenade lancée dans un bus à Nairobi avait fait six morts et 70 blessés. En novembre 2012, un bus avait de nouveau été la cible d’une explosion meurtrière, tandis qu’en décembre, des grenades ont été lancées dans un bar du quartier somalien de Nairobi, ne causant cette fois que des blessés.

A (RE)ECOUTER : Kenya : Eastleigh, le petit Mogadiscio

Diaporama : retour sur la journée du samedi 21 septembre

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail