RDC

RDC: les concertations nationales concluent à la nécessité de profondes réformes

Aubin Minaku (photo), président de l'Assemblée nationale de la RDC, a remis la synthèse des travaux au président Kabila.
Aubin Minaku (photo), président de l'Assemblée nationale de la RDC, a remis la synthèse des travaux au président Kabila. AFP PHOTO/Junior D.Kannah

Les concertations nationales se sont achevées hier, samedi 5 octobre, à Kinshasa. La synthèse des travaux a été remise au président Joseph Kabila en présence de la délégation du Conseil de sécurité et des responsables de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco). Les rapports des différents groupes thématiques recommandent la transformation profonde de la société congolaise. Et le président Kabila a promis d'y répondre dans un bref délai.

Publicité

C’est des mains de Aubin Minaku, le président de l'Assemblée nationale, accompagné de son collègue du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo, que Joseph Kabila a reçu la synthèse des travaux des concertations nationales.

Grande satisfaction du président de la République qui a annoncé par la même occasion des mesures importantes dans un bref délai, mesures qui seront avant tout politiques : « Face aux enjeux de l’heure, vous estimez qu’il ne faut pas sacrifier les impératifs de la pacification et du développement accéléré du pays sur l’autel d’une orthodoxie démocratique qui voudrait que la majorité tienne la minorité éloignée de la gestion de la chose publique. »

« Dépasser les clivages »

Et comment les participants aux concertations ont-ils interprété la réaction du chef de l’Etat ? François Muamba, chargé du suivi des accords pour la paix dans les Grands lacs : « L’amour du pays n’est pas que dans un camp. [Il faut] que nous puissions dépasser nos clivages souvent superficiels et habituels, pour faire de la gouvernance de la République démocratique du Congo l’affaire de tout le monde. »

Le député de la majorité Henri-Thomas Lokondo annonce déjà un gouvernement d’ouverture. Bernadette Nkoy Mafuta, sénatrice du Mouvement de libération du Congo (MLC) conseille elle la prudence : « Une bonne décision mais dans l’application, voyons ce que le président va nous donner le jeudi quand il appellera le Congrès. »

 → A (RE)LIRE : RDC: l'opposition s'interroge sur l'efficacité des concertations nationales

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail