RCA

Centrafrique: la situation humanitaire se dégrade à Bouar dans l'ouest du pays

Un groupe de villageois devant les mégalithes de Bouar, vieux de 3 000 ans.
Un groupe de villageois devant les mégalithes de Bouar, vieux de 3 000 ans. (Photo : Carine Frenk/RFI)

En Centrafrique, la situation humanitaire se dégrade à Bouar, dans l'ouest. Quelque 5 000 personnes sont toujours à l'évêché et il devient désormais difficile de loger et de nourrir tous ces réfugiés. La peur n'a pas quitté la population après les violences du samedi 26 octobre 2013. Elles ont fait cinq morts chez les forces de sécurité, selon la présidence, et six chez les assaillants d'après la force d'Afrique centrale, la Fomac. Des assaillants qui seraient des membres de milices d'auto-défense.

Publicité

Depuis samedi, Bouar a presque pris des allures de ville fantôme. Les rues restent vides, rapportent des habitants. Seul l'évêché, où beaucoup ont trouvé refuges, grouille de monde. Là, on tente de parer au plus pressé. Un petit centre médical a été improvisé pour soigner les malades, plusieurs femmes y ont accouché.

 

Mais alors que des gens continuent à affluer, les conditions se dégrade, s'inquiète un des responsable de la paroisse : « Il y a toujours les mêmes problèmes. Il faut trouver des logements pour toutes ces personnes parce que toutes nos salles sont occupées. Il y a aussi un problème alimentaire. Avec nos moyens, on fait ce que l’on peut, mais on ne va pas pouvoir tenir longtemps peut être deux ou trois jours ».

L'évêché a demandé des tentes et de la nourriture en urgence. La présidence leur a promis de leur en procurer. Un responsable humanitaire s'inquiète : « La situation que connait Bouar, estime-t-il, pourrait bien se reproduire ailleurs dans les prochaines semaines ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail