Accéder au contenu principal
France / Etrangers

France: les images du drame au procès de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra

L'incendie avait causé une vive émotion, à Paris, en avril 2005.
L'incendie avait causé une vive émotion, à Paris, en avril 2005. AFP PHOTO JOEL SAGET
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En avril 2005, vingt-quatre personnes dont neuf femmes et onze enfants avaient trouvé la mort dans l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra. L’hôtel accueillait de nombreuses familles étrangères en difficulté, en hébergement d’urgence. Le troisième jour d’audience s’est déroulé, ce lundi 18 novembre. C'est une bougie allumée par la petite amie du veilleur de nuit qui aurait pris feu. Les gérants de l'établissement ainsi que le veilleur de nuit et sa petite amie sont poursuivis pour malveillance et manquement aux règles de sécurité.

Publicité

Le troisième jour d’audience a été consacré à la diffusion du film du drame tourné par les pompiers de Paris. Une vidéo qui a bouleversé les victimes.

Les sapeurs-pompiers ont filmé l’intégralité de leur intervention, un film cauchemardesque diffusé à l’audience. On y voit des boules de feu jaillir des fenêtres. Pour échapper aux flammes, les résidents enjambent les garde-fous et sautent. Des images insoutenables. Sur les bancs des parties civiles, les larmes coulent. Certaines victimes sont évacuées, prises en charge, à l’extérieur, par une cellule d’aide psychologique.

A la barre, le sapeur Olivier Borduret fait ensuite le récit du drame tel qu’il l’a vécu, arrivé avec la première équipe de secours sur les lieux. Il se souvient. L’immeuble était impénétrable.

« Une véritable scène de guerre », dit-il avant de préciser « tous les sauvetages, on les a faits avec des échelles. Ca été long. On a sauvé une soixantaine de personnes mais une pluie de corps s’est abattue sur la chaussée car, à l’époque, on ne disposait pas de moyens antichute. On n'avait que des échelles », a-t-il poursuivi avant de conclure, visiblement ébranlé : « certains parents ont lâché leurs enfants. On aurait peut-être pu les sauver ».

Le verdict est attendu en fin de semaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.