France / RDC

Le prix de la Fondation Chirac remis au médecin congolais Denis Mukwege

De gauche à droite : Valérie Trierweler, la compagne de François Hollande, Denis Mukwege, le président Hollande, l’ancien président Chirac, Bineta Diop de l’organisation Femmes Africa solidarité et Bernadette Chirac, le 21 novembre 2013, à Paris (France).
De gauche à droite : Valérie Trierweler, la compagne de François Hollande, Denis Mukwege, le président Hollande, l’ancien président Chirac, Bineta Diop de l’organisation Femmes Africa solidarité et Bernadette Chirac, le 21 novembre 2013, à Paris (France). REUTERS/Jacky Naegelen
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président français, François Hollande, était, ce jeudi 21 novembre 2013, au musée du Quai Branly pour la remise du prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits. Et cette année, ce prix revient au docteur Denis Mukwege engagé aux côtés des femmes violées de République démocratique du Congo. Une cérémonie qui a aussi récompensé l’organisation Femmes Africa solidarité.

Publicité

C'est dans la salle Claude Lévi-Strauss, du musée du Quai Branly, devant un parterre de personnalités prestigieuses que le docteur Denis Mukwege a été récompensé pour son action en faveur des femmes victimes de violences sexuelles dans l’est de la RDC. Accompagné par de longs applaudissements, le gynécologue congolais, ému, a rendu hommage au président Jacques Chirac, dont c'était l’une des rares sorties, ainsi qu'au président François Hollande et sa compagne, présents aussi ce jeudi matin.

Ce prix est accompagné d'une dotation de 50 000 euros qui permettra au médecin et à ses équipes de poursuivre leur action. Puis le Prix spécial du jury a récompensé l'organisation Femmes Africa solidarité, représentée au pupitre par Bineta Diop, elle vise à promouvoir le rôle des femmes dans la prévention et la gestion des conflits armés sur le continent.

Une cérémonie donc définitivement dédiée aux actions en faveur des femmes dans les conflits et notamment dans les conflits africains, sur lesquels, dans son discours de clôture, le président français est revenu. Il a mentionné tour à tour, la RDC, l'action de la France au Mali, sans oublier la République centrafricaine où, selon lui, la communauté internationale devra agir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail