Senegal

Sénégal: remous au sein de Benno Bokk Yakaar

Le chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall à Dakar, le 11 octobre 2012
Le chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall à Dakar, le 11 octobre 2012 REUTERS/Joe Penney

Les jours de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY) sont-ils comptés au Sénégal ? Après Ibrahima Fall, Cheikh Tidiane Gadio, Idrissa Seck et Youssou Ndour qui ont claqué la porte de l’alliance présidentielle, Seydou Gueye, le porte-parole de l’APR, le parti du président Macky Sall, n’exclut pas la création d’une nouvelle coalition. Seydou Gueye s’exprimait jeudi dans le quotidien sénégalais L’Observateur.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Il y a les déclarations virulentes de certains partisans de Macky Sall qui reprochent aux alliés de ne pas « mouiller le maillot » pour le chef de l’Etat. Ceux-là estiment que Benno Bokk Yakaar n’est qu’une coalition politicienne où les alliés ne seraient motivés que par leurs intérêts partisans.

Il y a aussi les visites nocturnes au palais d’anciens ministres, de responsables de partis politiques, et même de personnalités de l’ancien parti au pouvoir qui ont été reçues ces derniers jours. Autant d’indices qui laissent penser qu’il y a comme un « flottement » au sein de la coalition et qu’à l’approche des élections municipales, les tiraillements vont aller s’accentuant.

Seydou Gueye sur BBY, « il faut l'agrandir »

Seydou Gueye, porte-parole secrétaire général du gouvernement et porte-parole du parti présidentiel l’Alliance pour la République (APR)
Seydou Gueye, porte-parole secrétaire général du gouvernement et porte-parole du parti présidentiel l’Alliance pour la République (APR) DR

Mercredi, dans le quotidien L’Observateur, Seydou Gueye, le secrétaire général du gouvernement et porte-parole du parti présidentiel l’Alliance pour la République (APR) a reconnu que « Benno Bokk Yakaar avait atteint son objectif en portant Macky Sall à la présidence : il nous faut voir maintenant comment remembrer le cadre, l’agrandir », a précisé Seydou Gueye.

Certains analystes estiment cependant que Macky Sall n’a pas intérêt à « briser sa coalition », ce qui reviendrait à scier la branche sur laquelle il est assis. « Le temps des grandes manœuvres a commencé », ironise un homme politique sénégalais qui ajoute : « On ne sait pas où l’on va, mais on y va ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail