Accéder au contenu principal
Mali / France

Mali : attentat-suicide près d'une position française au Nord

Soldat français en patrouille à Gao, le 2 mars 2013.
Soldat français en patrouille à Gao, le 2 mars 2013. REUTERS/Joe Penney
Texte par : RFI Suivre
2 mn

On l'a appris le 1er décembre au soir, un attentat-suicide a eu lieu à Ménaka dans la nuit de samedi à dimanche, près du camp militaire abritant les forces maliennes, la Minusma et un détachement de la force française Serval. Ménaka se situe à 300 km à l'est de Gao, près de la frontière nigérienne. Aucun militaire n'a été blessé. Le kamikaze est la seule victime de cette attaque. Retour sur les faits.

Publicité

Il est près de 23 h samedi soir quand le petit détachement français aperçoit un groupe d'hommes suspects qui s'avance. Ils sont huit exactement. Les hommes de Serval tirent alors des fusées éclairantes.

La réaction est immédiate. Un des suspects fait exploser la charge qu'il porte sur lui. Et les sept autres prennent la fuite. Celui qui a perdu la vie a t-il cherché à couvrir la fuite de ses complices ? C'est une hypothèse avancée par un responsable de la Minusma, joint par RFI.

A (RE)LIRE :Le patron de Serval se félicite de l’opération menée au Mali depuis janvier

L'explosion, à plusieurs dizaines de mètres du camp n'a fait qu'une victime, le kamikaze, dont l'identité n'est pas encore connue.

Quel était l'objectif des assaillants ? Le contingent nigérien de la Minusma, l'armée malienne ou les quelques soldats français présents dans ce même camp ? L'attaque ayant été déjouée, difficile de le savoir précisément.

A (RE)LIRE : Au Mali, la Minusma prend le relais pour la stabilisation du pays

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.