RCA

Centrafrique: malgré la présence française, Bangui vit dans la peur

Une patrouille française dans les rues de Bangui, le 7 décembre 2013
Une patrouille française dans les rues de Bangui, le 7 décembre 2013 REUTERS/Herve Serefio
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Désarmer toutes les milices et les groupes armés qui terrorisent les populations, c'est la mission prioritaire des soldats de l'opération Sangaris. Le contingent français de 1 600 militaires est désormais déployé en Centrafrique, dans le nord-ouest, mais aussi à Bangui, la capitale,  où les blindés quadrillent les quartiers. Mais la population vit toujours dans la crainte. Des incidents ont à nouveau éclaté la nuit dernière. Et il faudra du temps, beaucoup de temps pour effacer ces jours d'horreur.

Publicité

Bangui reste en grande partie encore paralysé par la peur, ce dimanche. Sur les grandes artères, on ne croise que quelques marcheurs. Les véhicules restent quasi-absents. Au marché du Kilomètre 5, les boutiques sont cadenassées. Le prix du carburant a quasiment doublé en quelques jours.

 → A (RE)LIRE : Centrafrique: montée en puissance de la mobilisation militaire franco-africaine

Le centre reste le territoire des ex-Seleka, qu’on voit postés au bord de la route, ou qui patrouillent dans des pickups. La présence française est plus visible quand on s’approche de l’aéroport.

Ce matin, des militaires étaient au marché Combattant. Des troupes françaises ont également été envoyées dans le quartier de Boy-Rabe, où la situation s’est à nouveau tendue.

394 cadavres ramassés

La Croix-Rouge centrafricaine, elle, poursuit sa collecte des corps. Entre jeudi et samedi, 394 cadavres ont été ramassés.  Certains d’entre eux sont entreposés à la morgue de l’hôpital communautaire. Les sacs mortuaires sont alignés.

Des essaims de mouches se forment sur les fermetures éclair, attirées par l’odeur pestilentielle. D’autres corps sont enveloppés d’une couverture ou simplement par terre.

« Quelle barbarie, se lamente un Banguissois. Mais, dit-il, les corps qui sont ramassés ne sont pas tout. Dans mon secteur, le PK13, on a inhumé 11 personnes, dont mon beau-frère. »

La crise en Centrafrique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail