Accéder au contenu principal
RDC / CULTURE

RDC: dernier hommage au roi de la rumba, Tabu Ley Rochereau

Le cercueil du roi de la rumba congolaise devant lequel des milliers de congolais sont venus se recueillir aujourd'hui pour un dernier hommage 9 jours après la mort du chanteur a l'âge de 73 ans.
Le cercueil du roi de la rumba congolaise devant lequel des milliers de congolais sont venus se recueillir aujourd'hui pour un dernier hommage 9 jours après la mort du chanteur a l'âge de 73 ans. RFI/LL.Westerhoff
Texte par : RFI Suivre
6 mn

La République démocratique du Congo rend, ce lundi 9 décembre 2013, un dernier hommage à Tabu Ley Rochereau. L’occasion de saluer une nouvelle fois l'un un des rois de la «rumba congolaise». Une inhumation à Kinshasa pleine d’émotion, en présence de nombreux officiels et musiciens du pays et du Congo voisin.

Publicité

Le dernier hommage des Congolais à Tabu Leye Rochereau :

Le président Joseph Kabila est arrivé plus tôt que prévu pour s’incliner devant le cercueil de Tabu Ley Rochereau au Palais du Peuple, le Parlement de la RDC. Il a ensuite déposé une couronne de fleurs. A ses côtés, le Premier ministre et toute son équipe étaient aussi présents.

C’est vers dix heures qu’a commencé la cérémonie officielle, avec les adieux du maire de Kinshasa dans le hall du Palais où a été érigée la chapelle ardente. André Kimbuta a célébré le Seigneur Rochereau et sa brillante carrière.

Compositeur de chanson dès l’âge de 12 ans, il fait entendre son travail à 14 ans à Grand Kallé avant d’intégrer en 1959 l’orchestre Jazz Africain. En 1970, c’est la consécration avec son passage à L’Olympia, salle mythique parisienne. Il a d’ailleurs été le premier musicien africain à se produire dans ce music-hall.

→ A (RE)LIRE : Tabu Ley Rochereau, son dernier exil

L’allocution du maire de Kinshasa a été entrecoupée par des extraits de chansons de Tabu Ley Rochereau interprétés par l’un de ses enfants, Péguy Tabu, qui ambitionne comme certains de ses frères de faire lui aussi carrière dans la musique. Une belle voix qui rappelle celle de son géniteur dans sa jeunesse.

Dans la foule immense rassemblée au Palais du Peuple, de nombreux musiciens étaient venus de Brazzaville. Une délégation conduite par Jean-Claude Ngakosso, le ministre de la Culture.

Le président du Congo-Brazzaville avait eu un geste bienveillant envers Tabu Ley Rochereau lors de sa maladie.

Artistiquement, Rochereau ne mourra jamais (...) Il faudra peut-être cent ans pour que le Congo ait un autre Rochereau

Cérémonie au Palais du Peuple à Kinshasa

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.