Accéder au contenu principal
Afrique du Sud / Rwanda

Assassinat de Patrick Karegeya: l'un des principaux suspects reste introuvable

Patrick Karegeya
Patrick Karegeya France24
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En Afrique du Sud, l'enquête se poursuit sur la mort de Patrick Karegeya, l'ancien chef du renseignement rwandais retrouvé assassiné mercredi. L'un des principaux suspects dans cette affaire est un homme du nom d'Apollo Kiririsi Ismael. C'est la famille qui a expliqué aux enquêteurs que la victime avait elle-même affirmé avoir rendez-vous avec cet homme le soir de sa mort.

Publicité

Apollo Kiririsi Ismael était un proche. Au point d'habiter chez l'ancien chef des renseignements extérieurs du Rwanda quand il était de passage en Afrique du Sud. Patrick Karegeya l'avait même emmené une fois chez son neveu. « J'ai une photo de lui dans mon salon, explique David Batenga qui ne doute pourtant pas de l'implication d'Apollo Kiririsi Ismael dans la mort de son oncle. S'il n'était pas impliqué, pourquoi il a disparu ?», poursuit le neveu de la victime.

Apollo Kiririsi Ismael est un homme d'affaires. Ceux qui l'ont croisé à Kigali expliquent qu'il roule en Porsche Cayenne. Il possède une salle de cinéma au Rwanda et avait hérité de ses parents des stations-services dans la capitale rwandaise. « Il a fait au moins un séjour en prison », explique une source à Kigali. « Il était soupçonné de faire passer des gens au pays des Bazungus ». Les Bazungus, les blancs en kinyarwanda.

Un informateur peu à peu devenu un ami

Patrick Karegeya l'avait recruté à l'époque où il était à la tête des renseignements extérieurs. L'homme qui était un informateur est peu à peu devenu un ami. « Il continuait de lui fournir des informations précieuses sur le régime », explique une source au sein du RNC, le parti fondé par Patrick Karegeya, ajoutant que ce dernier n'avait donc pas de raison de le soupçonner.

Quand sa famille s'est inquiétée de ne pas pouvoir le joindre après minuit le soir du réveillon, le soir de sa mort, c'est parce qu'elle pensait qu'il se trouvait avec Apollo Kiririsi Ismael qu'elle n'a pas donné l'alerte. Preuve du degré de confiance.

Selon David Batenga, Patrick Karegeya était allé chercher Apollo Kiririsi Ismael à la gare de Gautrain le 29 décembre et l'avait emmené à l'hôtel Michelangelo. Ils avaient d'ailleurs bu un verre tous les trois en fin de journée. Puis les deux s'étaient revus tous les jours, jusqu'au soir de sa mort.

«Il ne l'a peut-être pas tué lui-même»

« J'ai essayé de l'appeler après minuit pour lui souhaiter la bonne année et pour lui demander où il se trouvait. Je n'ai pas réussi à le joindre. J'ai commencé à m'inquiéter dès ce moment-là parce que ses téléphones étaient éteints. J'ai à nouveau essayé de l'appeler le lendemain, vers 8h, 9h. Toujours pas de réponse. Donc j'ai fini par aller chez lui à la mi-journée. Il n'était pas là.

Mais je me suis soudain souvenu qu'il était allé voir Apollo la veille. J'ai donc foncé à l'hôtel et j'ai trouvé sa voiture sur le parking. J'ai commencé à me battre avec la sécurité, le réceptionniste, tout le personnel pour qu'ils me laissent monter dans la chambre. Puis finalement, ils ont appelé la police et c'est elle qui a découvert le corps. Elle m'a demandé de monter à mon tour pour voir si c'était bien lui. Et c'était bien lui ».

David Batenga est convaincu que celui qu'il considérait comme un ami de son oncle est impliqué dans son assassinat : « Je le crois parce que l'hôtel où Patrick Karegeya est mort, cette chambre avait été réservée pour Apollo. Patrick Karegeya l'a fait sur demande d'Apollo. Un peu avant sa mort, M. Karegeya m'a lui-même appelé pour me dire qu'il allait voir Apollo.

Je l'ai vu plusieurs fois avec mon oncle (...) Mais je crois vraiment qu'Apollo avait changé de camp. Peut-être qu'on l'a forcé. Peut-être qu'il était trop cupide parce qu'il va certainement être récompensé pour ce qu'il a fait. Et je ne peux que le penser (...). Il ne l'a peut-être pas tué lui-même. Mais il a dû laisser entrer dans sa chambre les mercenaires qui ont tué Patrick Karegeya ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.