Accéder au contenu principal
Afrique du Sud / Rwanda

Assassinat de Patrick Karegeya: le point sur l’enquête

C’est dans cet hôtel ultra-sécurisé de Johannesburg que Patrick Karegeya a été assassiné.
C’est dans cet hôtel ultra-sécurisé de Johannesburg que Patrick Karegeya a été assassiné. AFP PHOTO/ALEXANDER JOE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'un des principaux suspects dans la mort de l’opposant rwandais Patrick Karegeya est un homme du nom d'Apollo Kiririsi. La police cherche à confirmer son implication dans cette affaire. Elle n'a toujours pas livré les résultats de l'autopsie, ni le contenu des vidéos des caméras de surveillance de l'hôtel. Où en est-on ? Éléments de réponse.

Publicité

À 19h46, mardi 31 décembre, Patrick Karegeya et son neveu échangent des messages. Cet échange est la dernière preuve de vie de l’ancien patron des renseignements extérieurs du Rwanda pour sa famille. Quelques minutes plus tard, sa voiture entre dans le parking de l'hôtel Michelangelo à Johannesburg. A 20h10, enfin, quelqu'un pénètre dans la chambre où l'ancien chef des renseignements extérieurs du Rwanda sera retrouvé mort le lendemain.

« Quand on m'a demandé d'identifier le corps, j'ai remarqué une bouteille à moitié vide sur une table, mais pas de verres, explique le neveu de la victime. C'est pour ça que j'ai pensé au départ qu'il avait été empoisonné. » La thèse de l’empoisonnement est d’ailleurs celle qui a commencé à circuler sur internet. Mais l'enquête préliminaire de la police a démontré qu'il s'agirait plutôt d'une mort par étranglement.

Plusieurs assassins

Patrick Karegeya était recouvert d'un drap, ce qui – avec le panneau « ne pas déranger » – a longtemps dissuadé le personnel de l'hôtel d’importuner l'occupant de la chambre qu'il croyait endormi. Les assassins ont donc eu largement le temps de fuir. Selon une source sécuritaire sud-africaine, plusieurs assaillants auraient en effet quitté le pays dans la nuit.

Les trois téléphones de la victime, qui étaient éteints depuis sa mort et dont son entourage déplorait la disparition, ont été rallumés ce vendredi après-midi. Sur les applications mobiles de messagerie instantanée, Patrick Karegeya était signalé comme « en ligne ». Les messages envoyés après sa mort étaient mentionnés comme lus. La police s'est refusée à commenter cette information.

A (RE)LIRE : Assassinat de Patrick Karegeya: l'un des principaux suspects reste introuvable

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.