Accéder au contenu principal
MALI

La menace jihadiste plane toujours sur le nord du Mali

Combattant d'Aqmi, dans le nord du Mali, en janvier 2013.
Combattant d'Aqmi, dans le nord du Mali, en janvier 2013. AFP PHOTO / SITE Monitoring Service
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a eu récemment l'opération militaire française dans la région de Tombouctou qui s’est soldée par un soldat français blessé, et onze jihadistes tués. Il y eu aussi ces jihadistes qui ont tiré, vendredi soir, 24 janvier, des obus sur Kidal. Certes, il n’y a pas eu de victimes, mais une chose est sûre, le danger n'a pas totalement disparu.

Publicité

La lutte contre les jihadistes dans le nord du Mali n’est pas terminée. Il faut encore faire face aux sursauts de ces combattants islamistes qui font tout pour s’organiser. Selon des experts interrogés par RFI, quelques dizaines de combattants seraient même récemment venus de la Libye, pour prêter main forte aux groupes qui sont sur le terrain.

 → A (RE)LIRE : Mali: deux explosions dans le nord de Kidal

Selon les témoignages d’un chef islamiste, récemment arrêté par l’armée malienne, de nombreuses caches d’armes souterraines existent dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal, comme si ces islamistes inscrivaient leurs actions dans la durée.  

Et l’une de leurs stratégies est de se fondre dans la nature, de se replier vers les frontières que partagent le Mali avec certains de ses voisins du Nord, et ensuite de revenir commettre des attentats, organiser la guérilla, la guerre asymétrique.

Au même moment, la France, comme prévu, allège son dispositif militaire sur le terrain alors que la montée en puissance des troupes de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) n’est pas encore une totale réalité.

  ► A (RE)ECOUTER : Interventions françaises au Mali et en Centrafrique : quel bilan ? (Le Débat africain)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.