Accéder au contenu principal
République centrafricaine

RCA: le CNT dénonce les exactions des forces tchadiennes

Un soldat tchadien de la Misca dans une rue de Bangui, le 22 janvier 2014.
Un soldat tchadien de la Misca dans une rue de Bangui, le 22 janvier 2014. REUTERS/Siegfried Modola
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Centrafrique, le Conseil national de transition (CNT) est réuni, depuis le jeudi 6 février 2014, pour évoquer les questions sécuritaires. L'Assemblée provisoire a entendu et interpellé les ministres de la Défense et de la Sécurité. Très vite, les échanges ont porté sur l'attitude des troupes tchadiennes en Centrafrique. Plusieurs membres du CNT ont dénoncé l'attitude d'éléments tchadiens venus effectuer des opérations de rapatriement à l'intérieur du pays et ont demandé une clarification du statut de ces troupes tchadiennes.

Publicité

Ce n'est pas la première fois que les membres du CNT, l'Assemblée de transition, décident d'élever la voix sur le comportement des troupes tchadiennes en Centrafrique. Jeudi, ils ont souhaité interpeller le nouveau gouvernement de transition sur les opérations de rapatriement menées par des éléments tchadiens.

« Enormes dégâts »

« Ces derniers temps, le Tchad est en train de rapatrier ses ressortissants. Ils choisissent la ville où ils pensent qu’ils ont des ressortissants qu’ils peuvent récupérer, mais sur le long de leur passage, ils font d’énormes dégâts et ils sont capables de rester sur leurs véhicules et de tirer sur les populations », explique Joseph Bindoumi est l'un de ceux qui ont pris la parole devant l’Assemblée.

Alors qu'il s'apprêtait à monter à la tribune, le représentant de la Lobaye, une préfecture du sud du pays, a reçu des informations suivant lesquelles des exactions de ce genre avaient lieu à Mbaïki. « On nous a signalé 61 véhicules en provenance de Bangui. Je pense que c’est le même contingent qui a pratiquement fait des exactions depuis tout le long du corridor Bouar-Yaloké-Bossembélé-Boali et qui s’est retrouvé dans la ville de Mbaïki, détaille Gaëtan Moloto-a-Kenguemba. Une fois arrivés, ils ont extrait les sujets musulmans, je suppose que c’est des musulmans d’origine tchadienne, et dans leur départ, ils sont rentrés dans les quartiers et ils ont commencé à faire des exactions. Nous avons appelé, on nous a dit non, ils sont allés chercher des anti-balaka ».

Force de l'ONU

Dans une déclaration, les représentants des préfectures de l'intérieur du pays appellent à Misca à retirer les troupes tchadiennes du territoire centrafricain et demandent qu'une force de maintien de la paix de l'ONU soit déployée au plus tôt.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.